Glass : un Finish en beauté

William Lacaille, 23/01/2019


Mercredi 16 janvier signait la sortie de Glass, le dernier opus de la trilogie Shyamalan. Ce film, qui complète Incassable (2000) et Split (2016) et clôture le tout, est un évènement pour ce début d'année. Alors, que vaut ce film ?

Vf main glass film 9246 jpeg north 600x337 white

Les trois acteurs principaux du film : Samuel L. Jackson (Elijah Price), James McAvoy (Kevin Crumb), Bruce Willis (David Dunn)

Glass est un film de Manoj Night Shyamalan qui est le réalisateur d'Incassable et Split, les deux autres opus de cette trilogie. Il réunit donc dans son casting Samuel Lee Jackson et Bruce Willis qui ont déjà collaboré auparavant dans Pulp Fiction mais aussi dans Incassable. James McAvoy quant à lui était dans Split mais vous le connaissez peut-être pour avoir joué dans X-Men : Le commencement en tant que Charles Xavier. On retrouve également autour de ce trio Sarah Paulson, Anya Taylor-Joy, Charlayne Woodward ou encore Spencer Treat Clark .

Peu de temps après les événements relatés dans Split, David Dunn - l’homme incassable - poursuit sa traque de La Bête, surnom donné à Kevin Crumb depuis qu’on le sait capable d’endosser 23 personnalités différentes. De son côté, le mystérieux homme souffrant du syndrome des os de verre Elijah Price suscite à nouveau l’intérêt des forces de l’ordre en affirmant détenir des informations capitales sur les deux hommes…

Tout d'abord, en tant que clôture d'une série de films, il y avait une pression sur les épaules du réalisateur qui avait perdu de sa superbe. Et c'est un véritable retour qu'il effectue, même s'il subsiste encore quelques défauts.

L'un des plus grands points forts du film, ce sont les acteurs qui jouent une véritable performance. Samuel Lee Jackson (Glass) est bon et très crédible, même si il apparaît un peu tardivement, il joue très bien son rôle. Bruce Willis (Dunn), lui, semble plus modéré. Son personnage est assez profond mais l'acteur ne fait pas d'étincelles. En revanche, James McAvoy (Crumb)  livre une véritable performance à couper le souffle : jongler sur les personnages avec une grande habileté qui se voit lors d'un plan séquence où il enchaîne avec une grande cadence les différents personnages.

De plus il y a la réutilisation d'images inédites d'Incassable et la réutilisation d'images de Split pour faire des Flash Backs, ce qui permet dans un premier temps d'illustrer et expliquer le film à ceux qui n'auraient pas vu les films précédents. Mais les images inédites permettent de donner un œil nouveau sur les anciens films pour ceux qui les ont déjà vus. C'est donc une utilisation très astucieuse.

Les décors sont très bien choisis puisque la majeure partie du scénario de passe dans un hôpital psychiatrique qui a réellement existé et qui était fermé depuis. L'astuce de Shyamalan est de s'adapter au lieu et de modifier en conséquence son scénario. Ce qui entraîne donc une très bonne cohérence et un jeu avec le décor.

Enfin la vraie puissance de Glass et de la série de films en général, les héros, qui sont présentés ici, sont les plus proches possibles de la réalité, ce n'est pas comme un Marvel ou un DC. Toute cette histoire pourrait se passer dans notre cadre actuel. On rentre dans une réflexion très profonde et spécialement dans Glass où il y a une remise en cause de la vision des autres films.

Mais ce film n'est pas encore parfait, il y a des petits défauts qui persistent.

Le premier qui m'a un peu gêné c'est le dynamisme très irrégulier. En effet on a un rythme assez inégal qui parfois donne un petit coup de mou au film. Après, si vous êtes captivé par le film, vous ne le ressentirez pas.

L'autre problème qui m'a fait grimacer, ce sont certaines scènes qui restent assez cliché. Je pense notamment à la scène du «combat final» qui est justement trop stéréotypée et qui par conséquent perd de son côté épique. De plus dans cette scène, il y a un souhait flagrant d'édulcorer certains passages qui auraient pu être violents et quasi gore. On le ressent également sur plusieurs autres scènes. La scène de fin est également très clichéique, ce qui laisse une petite pointe amer à la sortie de la séance.

Mais Glass reste avant tout une très bonne clôture de trilogie qui laisse place à la réflexion et à la surprise avec des renversements  bien pensés. Quelques petits aspects négatifs mais rapidement effacés par la globalité ! À voir sans problème.

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 23/01/2019