Les 25e Lumières du cinéma français

Mélaine Lhomme, 12/02/2020


Le lundi 27 janvier 2020 s’est tenue à l’Olympia de Paris, la 25e cérémonie des Lumières animée par Isabelle Giordano et marquée par la présence de la talentueuse Isabelle Huppert, détentrice de quatre Lumières. Les 130 correspondants de la presse internationale, qui composent la prestigieuse Académie des Lumières, ont récompensé comme il se doit les artistes, réalisateurs, compositeurs et photographes qui ont fait le cinéma français en 2019. Retour sur cette soirée forte en émotion.

Logo25eceremoniedeslumieres

L'Académie des Lumières : quésako ? 

Les Lumières de la presse internationale sont une cérémonie française créée en 1996. Née de l’amour du cinéma bleu-blanc-rouge qui brûlait dans le coeur de deux hommes : le journaliste américain Edward Behr et le producteur français Daniel Toscan du Plantier. Cette cérémonie est très souvent comparée à sa grande soeur l’Hollywood Foreign Press Association qui récompense le cinéma anglophone. Plusieurs grands talents, ayant eu une belle carrière à l’étranger, ont été révélés par cette cérémonie. Ces derniers sont souvent mis en lumière par une critique internationale qui change l’angle d’approche de leur travail. L’objectif des Lumières est de susciter l’intérêt de la presse internationale pour le cinéma français, de créer des liens entre professionnels du cinéma français et étranger. Les Lumières favorisent les œuvres qui ont bénéficié des budgets les plus bas afin de les mettre en avant plus facilement à l’international et de leur permettre d’avoir des opportunités qu’ils n’auraient pas forcément eu autrement, par manque de visibilité. Le temps passant, la cérémonie a évolué, créant de nouvelles catégories et affinant sa ligne directrice qui est de promouvoir les films à petit budget et/ou en manque de visibilité. Des soutiens importants viennent affirmer sa position face aux autres cérémonies plus anciennes : le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) mais aussi TV5 Monde (un des portes paroles de la francophonie) et la Mairie de Paris. 

 Les gagnants des  Lumières 2020.

Cette 25e cérémonie des Lumières a été forte en émotion, bien que certaines Lumières aient été attribuées à des nominés qui avaient été pressentis depuis un bon moment, brisant quelque peu la surprise des remises. Les Misérables de Ladj Ly remporte la Lumière du “Meilleur film” entraînant dans la foulée la victoire de l’acteur Alexis Manenti pour le “Meilleur espoir masculin” et celle de Ladj Ly, Giordano Gederlini et Alexis Manenti pour le “Meilleur scénario”. Bien plus étonnant, Roman Polanski rafle celle du “Meilleur réalisateur” avec J’accuse, malgré l’affaire qui le poursuit, ce qui montre que la presse étrangère a su faire la distinction entre l’homme et le professionnel. La “Meilleure actrice” de cette année est Noémie Merlant pour le film Portrait d’une jeune fille en feu, film qui sacre également Claire Mathon dans la catégorie “Meilleure photographie”. Le Lumière du “Meilleur acteur” est attribué à Roschdy Zem pour Roubaix, une lumière. Le “Meilleur espoir féminin” revient à Nina Meurisse pour sa performance dans Camille. Nevada de Laure de Clermont-Tonnerre devient le “Meilleur premier film” ; la “Meilleure coproduction internationale” revient à It Must Be Heaven d’Elia Suleiman. C’est Yolande de Zauberman qui remporte la Lumière du “Meilleur documentaire” avec M. Le Lumière du “Meilleur film d’animation” est attribue à J’ai perdu mon corps de Jérémy Clapin. Enfin le Lumière de la “Meilleure musique” est remis à Alexandre Desplat pour Adults in the Room. Il ne faut pas oublier que deux personnalités ont été gratifiées d’un Lumière d’honneur : le cinéaste franco-grec Costa-Gavras et l’acteur/réalisateur italien Roberto Benigni. 

Les Lumières, une présélection aux Césars ? 

Les Lumières sont une cérémonie assez récente et très rapidement, de par la date posée pour les cérémonies, elle a été taxée de “pré-concours aux Césars” ou encore de “présélection”. De plus, à de nombreuses reprises, les Lumières ont annoncé la tendance qui s’est confirmée aux Césars. Depuis sa création, douze films ont été doublement sacrés (aux Lumières et aux Oscars) : La Haine en 1996, Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain en 2002 ou encore Des hommes et des dieux  en 2011. Mais cela n’a pas toujours été le cas : preuve en est en 2015 lors du duel entre les deux biopics sur la vie d’Yves Saint Laurent, Gaspard Ulliel remporte le Lumière du “Meilleur acteur” tandis que son collègue, Pierre Niney remporte le César de la même catégorie. Cette incertitude tient des conditions de votes qui sont très différentes. Pour les Lumières, on compte 130 critiques étrangers issus du monde de la presse contre 4680 académiciens de l’Académie des arts et techniques du cinéma issus de la presse mais aussi du monde de l’industrie cinématographique française pour les Césars. 

Il faudra attendre le 28 février prochain pour découvrir si une fois de plus les Lumières du cinéma ont annoncé la tendance, mais une chose est sûre : le cinéma français a encore une fois produit son lot de trésors et nul doute que les Césars sauront confirmer ce fait, en sacrant de nouveaux des lauréats des Lumières ou en permettant à d’autres de se couvrir de gloire sous les feux des projecteurs.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 12/02/2020