Exposition Brinkmann au Centre photographique Rouen Normandie

Louis Lesueur, 21/11/2018


Pour sa première exposition en France, Thorsten Brinkmann a déposé ses valises et surtout ses œuvres au Centre photographique Rouen Normandie.

42cdef84 22c1 40db 9897 b785fbe9beb4

Le Centre Photographique Rouen Normandie vu de devant

Créé il y a 27 ans, ce centre est le premier lieu dédié à la photographie en Normandie et parmi les pionniers sur le territoire français. Situé dans le centre ville de Rouen, près de la place des Carmes, ce centre associatif expose des créations photographiques de tous les horizons et présente un programme annuel de 3 à 4 expositions. « Ces expositions peuvent être des expositions dédiées a un même artiste ou peuvent être sur une thématique collective » indique Raphaëlle Stopin, directrice du Centre. Sur l’exposition actuelle (commencée le 13 octobre – fin le 26 janvier), aucun doute sur le sujet. Elle permet un éclairage sur un artiste méconnu en France, Thorsten Brinkmann, qui pour sa première exposition sur le territoire français se dévoile donc dans la capitale de la Normandie.
« L’objectif est de présenter un artiste qui n’a jamais été montré en France auparavant, souligne la directrice. Cet artiste vient d’un pays voisin (ndlr, Allemagne) mais son œuvre n’a pas vraiment été diffusé et la France n’a jamais vraiment prêté attention à son travail au contraire de la Belgique ou les Pays-Bas où il est assez connu. Il est néanmoins l’auteur de contributions significatives à la création photographique.» .

Mais alors que réserve cette exposition ? L’exposition Farce Satrape nous plonge dans un univers déroutant « au carrefour de plusieurs pratiques artistiques comme la performance, la sculpture, la peinture, la photographie » comme le résume parfaitement Raphaëlle Stopin. Ces œuvres rappellent quelque peu le mouvement Dada avec une remise en cause de la vision des personnes et des objets. Cela n’est pas étonnant de retrouver Marcel Duchamp, artiste réputé à Rouen, parmi les modèles de l’artiste allemand. Thorsten Brinkmann remet en cause les objets et les personnes (même sa propre personne) dans des montages humoristiques qui « résonnent avec des problématiques contemporaines, notamment la relation liant les hommes à l’objet ». Ces œuvres parfois incompréhensibles, souvent drôles mais toujours porteuses d’un message menant à la réflexion nous plongent dans l’univers d’un homme à part dans le monde de la photographie et de l’art.

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 21/11/2018