Foire Saint Romain : on fait le bilan

Emma Gaheneau, 05/12/2018


Samedi (18 novembre), 15h30 environ, la foire est presque déserte. Seules quelques familles ont fait le déplacement pour l'avant dernier jour de la Foire Saint Romain 2018 malgré le ciel bleu et la température douce.


F4088e58 0bc3 406e 81b7 40999fa0d863

La Foire Saint Romain

Pourquoi la foire Saint Romain a dû déménager ?

Retour en Octobre 2015. Sur décision préfectorale, la foire doit changer d’emplacement, les quais bas de la rive gauche de Rouen ne répondent plus aux normes de sécurité pour les passants et des travaux d’aménagement des rives sont prévus de longue date. Les forains pensent alors être relégués sur la presqu’île de Waddington où les transports se font rares et les places de parking encore plus. Et après des semaines de négociations, les forains décident de se battre pour garder la foire rive gauche, sur les quais, en bloquant les différents ponts permettant l’accès à la ville enclavée. Le mardi 13 octobre 2015, plus de 40 kilomètres de bouchons cumulés sont comptabilisés, provoqués par les 250 forains participant à la deuxième plus grande foire de France. Seulement deux jours plus tard, un accord est trouvé entre les représentants de la municipalité et ceux de la foire. Mais cet accord est vite enterré, à une semaine du début de l’édition 2015, il est impossible de refaire le plan de foire. De façon inédite, la foire Saint-Romain 2015 n’aura pas eu lieu.

Quand est-il trois ans plus tard ?

Trois ans et deux éditions plus tard, il est toujours aussi difficile d’approcher les forains qui ne se sentent pas écoutés depuis l’Esplanade Saint-Gervais. Beaucoup refuse de nous parler et de faire un bilan de cette version nouvelle de la foire.

Pour beaucoup, il faudra attendre 5 ans. En effet, la règle des 5 ans est de rigueur dans le monde la fête foraine ; c’est le temps de se créer une clientèle fidèle, qui revient malgré le manque de transport et de place de parking.

« Les familles doivent prendre le bus puis payer les manèges et reprendre le bus, donc le budget transport n’est plus mis dans la foire. Si mille personnes dépensent 4 euros dans les transports voilà le manque à gagner !» disait samedi un forain aux manettes d’autos-tamponneuses.

Le déménagement a également fait perdre à la foire la clientèle des bureaux environnants.

« Quand on était sur les quais, les gens pouvaient venir pendant leurs dix minutes de pause pour acheter des chichis ou une pomme d’amour ; là, ils doivent faire 20 minutes de bus alors ils ne viennent plus. » 

Pour certains ce n’est plus une foire mais une promenade, les familles viennent se balader mais ils ne profitent plus des manèges et de l’ambiance de la foire. Pour d’autres, la foire a considérablement perdu de son charme en perdant son emplacement.

Interrogés sur la sécurité, les forains ne voient aucune différence : les bords de Seine ne sont toujours pas sécurisés et il ne reste plus que deux sorties sur le champ de foire. Le moindre mouvement de foule peut se transformer en véritable catastrophe créant un effet entonnoir aux abords de ces sorties. Ils reconnaissent toutefois une amélioration de leurs conditions de vie, ayant plus de place pour installer leurs caravanes et par conséquent pour vivre.

Pour tous, la baisse du chiffre d’affaire est flagrante, la fréquentation en baisse constante et très peu sont optimistes quant à un potentiel regain d’affluence pour les prochaines années. S’ajoutent à cela les « fausses promesses de la mairie ». En effet, d’après les forains interrogés, la mairie aurait promis des aides or le prix de la location de l’emplacement a augmenté. Ils restent toutefois peu loquaces sur le taux de cette augmentation, certains parlent de 25%. Un parking est aussi promis pour 2019, mais c’est une nouvelle déconvenue : il sera sûrement payant (entre 1 et 2 euros)

A la fin de chaque entretien revenait une question :

« Pensez-vous que la baisse de la fréquentation et donc de votre chiffre d’affaire n’est dû qu’au déménagement ? ».

Pour la majorité d’entre eux la question ne se pose même pas. La fête n’est plus en centre-ville et les rouennais doivent venir à la foire alors qu’avant la foire venait à eux. De plus, l’augmentation du prix de l’emplacement se fait ressentir inévitablement sur le prix du tour de manège. Seulement certains avouent à demi-mot que la baisse de fréquentation est également due à la conjoncture actuelle et à la baisse du pouvoir d’achat des français, mais ce n’est certainement pas la raison principale.

Que pense la mairie de ce bilan en demi-teinte ?

Malgré plusieurs mails envoyés aux différents services, dont notamment le service communication de la mairie, il nous a été impossible d’obtenir de réponse.

Et les premiers intéressés ?

Il ne faudrait pas oublier les rouennais dans tout ça ! La famille Dupuy était la seule disponible pour nous répondre cette après-midi-là. « La foire Saint Romain est une tradition ». Pour eux, c’est un rendez-vous incontournable au mois de novembre. Mais, au regret des enfants, ils y vont moins souvent que lorsque la foire avait lieu sur les quais. Pour les parents, c’est devenu une sortie qu’il faut prévoir, organiser et non plus un petit tour qu’on peut faire en rentrant à la maison.

Néanmoins, ils seront de retour pour l’édition 2019 !


 


 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 05/12/2018