Inch'Allah : Un livre qui dérange

Cécile Vienney, le 30/01/2019


En octobre 2018 sortait un livre qui a fait beaucoup parler de lui. Le titre lui-même Inch'Allah, sous titré l'islamisation à visage découvert, à sucité de nombreuses interrogations au sein de l'équipe de jeunes journalistes chargée de la rédaction, mais surtout de l'enquête; car c'est bien d'une enquête dont il est question.

Couverture du livre

La couverture du livre

Les cinq jeunes journalistes, Ivanne Trippenbach, Célia Mebroukine, Romain Gaspar, Hugo Wintrebert et Charles Delouch, tous élèves du Centre de formation des journalistes à Paris, ont vécu pendant huit mois, et en parallèle de leur étude, le quotidien d'un journaliste d'investigation. Le  journalisme d'investigation aussi appelé journalisme d'enquête, se caractérise par la durée de travail sur un même sujet et par des recherches approfondies. Et il faut dire que cette année l'enquête n'est pas des moindres puisqu'il s'agit de démontrer la montée en puissance de l'islamisation dans le département de la Seine-Saint-Denis. Dès la préface, les termes sont bien définis afin d'éclairer le lecteur et éviter toutes sortes d'amalgames. « L'islamisme peut se définir comme une idéologie politique fondamentaliste qui cherche à régir la vie de l'individu et de la société dans une logique prosélyte. L'islamisation […] est l'action d'appliquer la loi islamique dans divers secteurs de la vie publique et sociale ». Ce projet de « mettre sur le terrain » des étudiants inexpérimentés est à l'initiative de deux hommes, bien connu dans le milieu de l'investigation, grands reporters au Monde et auteurs de l'ouvrage Un président ne devrait pas dire ça... : Gérard Davet et Fabrice Lhomme. La préface écrite par les deux hommes pose le rythme dynamique qui sera celui de tout l'ouvrage.

Composé de 21 chapitres faisant entre 10 et 20 pages, il est vrai que l'ouvrage se lit aisément. Ce qui est encore plus plaisant est le fait que chaque chapitre se concentre sur un « personnage » particulier. Nous retrouvons ainsi les propos d'un syndicaliste ( chapitre 4), d'une directrice d'école (chapitre 3) ou de parents ayant vu leur fils partir faire le djihad en Syrie (chapitre 7). Autant de témoignages précieux qui permettent de comprendre le processus complexe qui se joue actuellement en Seine-Saint-Denis. Un des chapitres les plus marquants restent le chapitre 12 où un des journaliste se prête au jeu d'un médecin un peu particulier. Il s'agit en fait d'une séance de roqya, une forme d'exorcisme propre à l'islam. Grâce à ce chapitre, le lecteur prend rapidement conscience de ce qu'est le journalisme d'investigation et ses enjeux : donner à lire un témoignage tiré d'une véritable expérience.

Ce qu'il faut également noter c'est qu' Inch'Allah ne se veut pas une sonnette d'alarme stigmatisant l'islam - ce dont les jeunes journalistes avaient peur au début de leurs recherches. Il est vrai qu'aujourd'hui nous ne comptons plus le nombre de propos diffamants concernant l'islam, propos que la crise des migrants ne participe malheureusement pas à atténuer. Mais finalement n'est-ce pas le devoir de tout bon journaliste de pointer du doigt les sujets que la société a peur d'évoquer ?

Pour mieux comprendre le projet de Gérard Davet et Fabrice Lhomme un reportage intitulé La plume dans la plaie, est sorti sur LCP le 17 octobre 2018. Nous y retrouvons l'équipe des jeunes journalistes encadrée par les deux professionnels. Les suivre dans leur aventure permet de découvrir leur personnalité, leurs forces mais aussi leurs faiblesses et leurs doutes. Ce reportage donne également plusieurs clés de lecture afin de mieux embrasser les enjeux d'Inch'Allah. Évoquant tour à tour manipulation de la religion, mœurs et tabous, Inch'Allah plaira sans aucun doute à ceux qui s'intéressent au journalisme de loin ou de près et aux curieux, tout simplement.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 30/01/2019