L’irrésistible promenade de Barcelone

Paloma Vauclin, 14/11/2018


Connaissez-vous la Catalogne ? Communauté autonome d’Espagne, cette dernière est riche de vie, riche de culture, riche d’histoire, riche de paysages. Entre la Costa brava, Barcelone, Gérone et Tarragone, nous ne savons plus où donner de la tête…

6b7a0ba5 13a7 4180 a6ed ecf19fe5c3b1

La couverture de L’ombre du vent en version originale. 

A travers une narration aussi dévorante que troublante, Carlos Ruiz Zafón, dans son roman La Sombra del Viento (L’ombre du Vent), nous plonge dans les rues barcelonaises. Dans une histoire d’après-guerre, l’auteur dévoile la vie d’un jeune homme, Daniel Sempere. Peu à peu, il prend goût pour les lettres, pour l’écriture, pour la littérature. Entre le Cimetière des Livres oubliés où l’emmène son père et la librairie de ce dernier, ce roman est une mise en abyme du monde littéraire. Cette figure de style est également visible lorsque nous apprenons l’existence d’un écrivain, Julián Carx, disparu depuis bien longtemps, qui eut écrit « La sombra del viento ». Ayant récupéré son roman dans ce cimetière symbolique, Daniel s’engage dans une folle course contre-la-montre, entre amour et dangers, pour en savoir plus sur ce mystérieux écrivain. Qui est cet auteur ? Comment a-t-il disparu ? Pourquoi nous paraît-il si familier ? Le lecteur, à l’aide de Daniel, tentera de répondre à ces interrogations. Julián, Daniel et Carlos Ruiz Zafón paraissent ne former plus qu’une personne lorsque s’achève le récit. S’agit-il ainsi d’un roman autobiographique ?  

Toutefois, l’auteur ne nous montre pas seulement le chemin de l’écriture, mais nous offre également un voyage à Barcelone. Le lecteur se sent projeté à toute allure dans une course qu’il ne contrôle pas. Courir, s’arrêter, souffler, recommencer. Les images défilent, les sentiments se bousculent et le lecteur reste accroché à ce roman envoûtant. Le lecteur se perd dans cette Barcelone gothique entre l’église Santa Anna et le quartier du Montjuïc. Ce dernier, connaissant ou non Barcelone, ne peut que se laisser transporter dans cette folle aventure. Grâce à ce type de livre, nous en apprenons plus sur cette si jolie ville, sur l’art espagnol, sur toute cette culture catalane. Ce livre n’a pas qu’un atout culturel, il a également un atout historique plaçant le récit après la guerre. Ainsi, il nous dévoile le comportement de la population espagnole face à ce terrible évènement. Comment survivre après de tels bouleversements, comment apprendre à vivre de nouveau ?  

Rappelons un passage de ce livre : « Chaque livre [...] que tu vois ici a une âme. L’âme de la personne qui l’a écrit et de ceux qui l’ont lu, vivent et rêvent avec lui ». Daniel Sempere apprend non seulement l’existence d’une singularité littéraire mais aussi le privilège de la lecture. Lire c’est s’ouvrir aux autres, c’est s’ouvrir au monde qui nous tend les bras, c’est apprendre ce qui nous entoure, c’est savoir prendre goût à la vie.

Ce que nous retiendrons de ce roman, c’est son goût pour la culture, pour la recherche, pour la curiosité et son irrésistible envie de vivre.

Tenterez-vous aussi l’aventure d’une balade pittoresque ?

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 30/01/2019