Music to be Murdered by

Mélaine Lhomme, 24/01/2020


Tout frais d’il y a une semaine, le nouvel album d’Eminem a fait trembler l’industrie du disque. Au petit matin, le monde mais surtout les fans du célèbre rappeur américain, ont pu prendre leur petit-déjeuner en écoutant la nouvelle production de leur idole qui rappe avec d’autres icônes de la musique : Young.M.A, Royce da 5’9’’, Ed Sheeran, Juice Wrld, Skylar Grey, Black Thought, Q-Tip, Denaun Anderson, Don Toliver, Kxng Crooked et Joel Ortiz. De plus, le célèbre Dr. Dre a participé sur pas moins de 7 chansons. 

EminemLes premières critiques tombent

À bien y réfléchir, on peut se demander si la sortie de cet album est véritablement une surprise. En effet, le rappeur a pris une habitude certaine en sortant un album tous les ans : Revival le 15 décembre 2017,  Kamikaze le 31 août 2018 et maintenant Music to be Murdered by. Ce dernier album est composé de 20 nouveaux titres et d’un nouveau clip (Darkness). Rapidement, les premiers avis sont tombés et on constate que l’opinion est partagée. Pour le youtuber DJ Booth, il s’agirait “du meilleur album depuis 10 ans” mais il regrette que les priorités du rappeur soient d’être le meilleur dans sa discipline plutôt que de s'inquiéter de la qualité musicale de ses titres. Pour le Telegraph, il s’agit “du premier grand album de l’année 2020” et le critique ajoute même que l’album est “tellement mortel qu’il devrait être considéré comme criminel”. Pour Forbes, l’album est jugé répétitif. Le rappeur miserait sur la rapidité, restant trop tourné vers le passé et ce qui a fait sa gloire. Pour autant, les fans semblent ravis de ce beau cadeau de début d’année. Le plus important ! 

De records en records !

Eminem est un rappeur de haut niveau. Il est même le rappeur le plus rapide au monde ! C’est en 2013 qu’il remporte le titre grâce à Rap God de l’album The Marshall Mathers LP2. Le rappeur parvient à prononcer 9,2 syllabes à la seconde. Mais ce n’est que le début de la gloire ! En 2018, il bat son propre record avec le single Majesty où il prononce 10,3 syllabes à la seconde. Enfin, son nouvel album signe sa consécration. Sur Godzilla (un emprunt au célèbre Kaiju créé par Tomoyuki Tanaka, Ishiro Honda et les studios Toho) en featuring avec Juice WRLD, Slim Shady (surnom d’Eminem depuis ses débuts) bat encore son record avec 11,3 syllabes à la seconde ! Inutile de dire qu’une telle performance n’est pas à la portée de tout le monde. 

Un album aux morceaux aigre-doux

Si l’album est un carton mondial, deux titres font l’objet d’une attention médiatique plus forte. La première est Darkness qui est plutôt bien accueillie puisque Eminem se positionne contre les armes à feu. En effet, dans le clip, le rappeur incarne un terroriste et le clip s’inspire de la fusillade qui survint à Las Vegas lors de la clôture d’un festival de musique country en octobre 2017, faisant 58 morts. La chanson rend donc hommage à ce tragique événement et on peut y voir un message fort qui s’adresse à l’Amérique tout entière : voter afin de durcir les lois encadrant les armes à feu qui font un ravage aux Etats-Unis. En revanche, le titre Unaccommodating est quant à lui vivement critiqué. En effet, on peut y entendre que le rappeur compare sa musique à “une bombe” dans l’industrie du disque, alors que le thème globale de la chanson est l’attentat à la bombe qui fit 22 morts au concert de la chanteuse Ariana Grande à Manchester en 2017. Plusieurs familles de victimes ont fait savoir leur mécontentement face à cette comparaison jugée blessante. Pourtant, il faut savoir que l’icône du rap a déjà aidé des victimes d’attentats de différentes manières notamment en faisant des dons à la Croix Rouge. Peut-être peut-on voir en ce texte une mauvaise utilisation des mots mais il serait triste d’y voir une offense quand on connaît la position d’Eminem vis-à-vis des armes à feu. 

Un nouvel album pour un nouveau tournant ? 

La carrière d’un artiste de renommé a tendance à avoir des hauts et des bas, elle évolue ou pas au fil des expériences de l’artiste. Mais l’objectif est de toujours avancer en ne refaisant pas les même erreurs ou sans se reposer sur ses lauriers. Dans le cas d’Eminem, on peut légitimement se demander si ce nouvel album, qu’on l’aime ou pas, peut être qualifié de tournant dans sa carrière. A bien y regarder, on se rend compte (et c’est une critique qui revient très régulièrement) que la maîtrise de la forme et le rythme se fait au dépend du fond. De ce fait, les thèmes sont récurrents, voir même trop répétitif, dans la discographie du rappeur (maltraitance infantile, colère, sa vieille rivalité avec son ennemi Machine Gun Kelly…). A côté de cela, on peut constater que le style de sa musique change bien que ses fans soient mitigés à ce sujet puisqu’il perd le côté “pop” de ses débuts au profit d’un retour d’un “hip hop” pur et old school. On peut donc dire que ce nouvel album du célèbre rappeur américain a divisé l’opinion publique mais on ne saurait trop rappeler que la musique adoucit les moeurs et que ces divergences d’opinion sont bien légères par rapport à la puissance du message que porte par exemple Darkness. 

Hitchkok

Pour terminer, il est amusant de regarder la pochette de l’album. On y voit Eminem, entouré de rouge et vêtu d’un costume noir et blanc, tenir dans sa main droit une hache et dans sa main gauche un pistolet qu’il braque tous deux sur ses tempes. Une mise en scène forte, cependant l’idée ne vient pas de lui mais du célèbre réalisateur, producteur et scénariste Alfred Hitchcock qui avait déjà utiliser une pochette identique pour son album qui sorti en 1955 … et qui s’appelait Music to be Murdered by.

Ajouter un commentaire