Le retour des Pixies !

Victor Bouteiller, le 02/10/2019


Voilà déjà 3 ans que le groupe, originaire de Boston, États-Unis, n’avait pas sorti d’album. Pour leur retour en force, avec leur 7ème opus intitulé Beneath the Eyrie, les Pixies nous offrent un excellent album, véritable retour aux racines musicales qui caractérisaient le groupe à ses débuts. Cet album, sorti le 13 septembre, est donc l’occasion idéale pour se plonger dans la carrière du groupe et aborder ce dernier album, profondément gothique.

Beneath the eyrie

Pochette du nouvel album des Pixies,Beneath the Eyrie

Tout d’abord, les Pixies en 2019, ce sont quatre personnes : David Lovering, batteur du groupe, Joey Santiago, guitariste principal, Paz Lenchantin, la nouvelle bassiste argentine, ayant remplacé Kim Deal suite au départ de cette dernière. Enfin, le leader, guitariste et chanteur du groupe Charles Thompson IV, alias Black Francis.

Pixies 2019

Membres des Pixies

Le groupe, créé en 1986, connut un succès particulier durant les années 90, au côté de Nirvana ou Radiohead notamment, qui ont toujours ouvertement revendiqué de l’influence des Pixies sur leur musique, faisant d’eux une référence respectée, aussi bien dans le milieu underground que dans le grand public.

En outre, l’essor du groupe survient en 1999 avec la sortie d’un film désormais culte, Fight Club, de David Fincher, dans lequel la chanson , tout aussi culte, Where is my Mind ?  clos le film. Grâce à cette utilisation, leur album Surfer Rosa, alors parut en 1988, connut un franc succès. C'est alors que 11 ans après sa sortie, ce dernier leur ouvre les portes du grand public.

Affiche fight club

Affiche du film Fight Club 

Cependant, malgré le succès des tournées européennes et américaines, le groupe fit une longue pause de 11 ans de 1993 à 2004, temps qu’il fallut pour apaiser les tensions au sein du groupe, notamment entre Kim Deal et Black Francis.

Depuis 2004, le groupe oscille donc entre tournées, festivals et enregistrements, ne perdant pas pour autant son statut de groupe culte. Ce statut semble se confirmer avec la sortie de Beneath the Eyrie , 7eme album en date.

L’album, qui fut enregistré cet Hiver, dans une vieille Église près de Woodstock, est surplombé d’une ambiance gothique, arborant des thèmes sombres, à base de personnages fantastiques : on y retrouve entre autre une sorcière, le cavalier sans tête, un homme en quête de mandragore, etc.

La plupart des chansons ont un air inquiétant, voire horrifique, pouvant même se rapprocher de l’univers de Tim Burton. En effet, si on se penche sur les chansons In the Arms of Mrs Mark of Cain, On Graveyard Hill ou surtout This is my fate, on ressent cette atmosphère pesante, générée par un chant lancinant, une guitare dissonante à souhait et des mélodies frissonnantes, accompagnant les paroles fantaisistes et horrifiques.

Par ailleurs, ces chansons n’en restent pas moins efficaces de par leur énergie, les lignes de basse et les quelques riffs intéressants. Ce sont les ingrédients que l’on retrouve dans Catfish Kate, qui contient un refrain entêtant, tout comme l’air de guitare.

Ensuite, il y a des compositions qui, selon moi, mérite une attention particulière. Ces dernières sont les chansons Ready For Love, Los surfers muertos puis Death Horizon.

En premier lieu, Ready for love possède une atmosphère particulière, la voix féminine de Paz Lenchantin, couplée à celle de Black Francis, rappelle quelque part le fabuleux duo Bob Dylan / Scarlett Rivera dans la chanson One More Cup Of Coffee, le violon en moins. Après cela, Los Surfers muertos est la seule composition chantée en espagnol et uniquement par Paz. Cette dernière est celle qui rappelle le plus les influences musicales du groupe, plus particulièrement la Surf Music ou Surf guitar, courant rock des années 60, porté par Link Wray ou bien Dick Dale.

Enfin, Death Horizon, chanson qui clôture l’album, est celle qui se détache le plus des autres compositions. Tout d’abord, elle est jouée en acoustique, ce qui contraste avec l’ensemble électrique du reste de l’album. En deçà, elle possède une dimension pop, à la manière des Beatles ou des Rolling Stones, ayant pour effet de contrecarrer l’ambiance qui régnait sur le disque. Les paroles et la mélodie contredisent le titre même de la chanson, qui semble annoncer une nouvelle touche de tristesse dans ces ténèbres.

Ces 3 titres apportent donc la lumière nécessaire à l’album pour qu’il puisse respirer comme il se doit. 3 ou 4 titres sont comme des éclaircies dans cet univers sombre, menant à une véritable lumière, apportée par Death Horizon.

En conclusion, Beneath the Eyrie des Pixies semble être le disque de la relance pour les américains. Porté par une atmosphère sombre et fantastique, mais parsemé d’éclaircies pop et mélodieuses, l’album est celui qui ravira aussi bien les fans de première heure que les simples férus de rock alternatif. De plus, le groupe sera de passage en France pour 3 dates en octobre, le 19 à Paris, le 20 à Lyon puis le 21 à Rennes, de quoi contenter tout le monde à l’approche d’Halloween !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 02/10/2019