Stairway to Heaven : La fin d’un combat judiciaire pour droits d’auteurs

Alicia Trotin, 20/05/2020


Après de longues années d’accusations pour plagiat, le titre phare de Led Zeppelin avait été mené devant la justice de San Francisco. C’est le lundi 9 mars 2020 que l’heureux verdict est enfin tombé pour Robert Plant et Jimmy Plage.

 

Images


Quatre notes 

Tout est parti du groupe Spirit, dont le titre Taurus est sorti en 1968, soit 3 ans avant le légendaire Stairway to Heaven, qui aurait trouvé une similarité entre les deux mélodies.

L’accusation porte plus précisément sur les deux rifs de guitare, un enchaînement de notes mythiques, mais très similaire pour lesquelles Led Zeppelin a failli payer plusieurs millions de dollars (plus précisément entre 2 et 11 millions d’euros).
En 2018, l’affaire a été revue pour des raisons judiciaires, le groupe ayant réussi à obtenir une révision du jugement en appel. Il faut croire que l’argument principal du leader Jimmy Page, selon qui la suite d’accord intentée dans ce procès avait toujours circulée, a porté ses fruits. 

Dans un article de FranceTV, l’éditeur et producteur Jean-Michel Guesdon avait témoigné en faveur du groupe phare des années 70 : "J’ai fait des recherches et déniché deux versions précédentes antérieures à Taurus de Spirit qui reprenaient cette même descente harmonique venue de folk songs."

Cette seule ressemblance entre accords n’est pas suffisante dans cette affaire judiciaire. Tout comme le rapporte Variety, il est compliqué de déposer des droits d’auteurs pour quatre notes, et c’est dans ce sens que la cour a décidé de conclure : “Nous avons plutôt conclu qu'une séquence de quatre notes commune dans le domaine de la musique ne constituait pas l'expression copyrightable d'une chanson.”

L’Industrie de la Musique sur le point de changer 

Plusieurs personnalités espèrent donc un changement dans ce sens à la suite du procès. En effet, de nombreuses musiques à succès ont été menée en Justice ces dernières années : 

- Pharrell Williams et Robin Thicke avec Blurred Lines accusés d’avoir repris Go To Give it Up de Prince Of Soul

- La belle Katy Perry et son succès Dark Horse qui serait un plagiat du groupe Flame et leur titre Joyful Noise

- Ou encore le chanteur anglais Ed Sheeran, Thinking Out Loud plagiat supposé de Let Get It On, de Marvin Gaye. 

Toutes ses accusations sont parfois victorieuses et ce sont des millions de dollars qui sont mis en jeu (Katy Perry avait versé plus de 2 Millions de dollars par exemple). 

Depuis la fin des années 70, une loi a été mise en place pour protéger les copyrights et a créé une véritable hécatombe : The Inverse Ratio Rule. 

Son fonctionnement est simple : si on prouve que l’accusé a eu préalablement accès à l’oeuvre du plaignant, il était déclaré coupable. Et si l’oeuvre en question était fortement accessible, la question de la ressemblance entre les deux sons n’était même plus posée.

Or, en 2020, avec internet, il est très facile d’avoir accès aux oeuvres musicales, comme l’avait expliqué Pharrell Williams lors de son accusation : "Le jugement pénalise n’importe quel créateur réalisant une œuvre qui a pu être inspirée d’une autre”. Il était même allé plus loin d’après France Inter : "Si nous perdons notre liberté d’expression, nous allons nous réveiller un beau jour et toute l’industrie du divertissement sera paralysée par les procédures”. Les plaignants ont un avantage ce qui fausse indéniablement le jugement. Cette année, la justice de San Francisco a donc renversé cette loi dépassée et inadaptée à l’ère du numérique, lançant une révolution dans cet univers si fermé.

En attendant que la loi soit revue et adaptée, vous pouvez vous faire votre propre jugement sur les possibles ressemblances entre ces différents titres. 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/05/2020