Le jeu-vidéo est-il un art ?

Théo Alleaume, 20/12/2019


L’art est une activité qui consiste à procurer des émotions, un émoi ou une réaction chez la personne à qui l’on s’adresse. L’art peut donc prendre plusieurs formes, sept en l'occurrence : l’architecture, la sculpture, les arts visuels (peinture, dessin…), musique, littérature, arts de la scène (théâtre, danse…) et cinéma. Cependant, il existe un domaine qui prétend à être le dixième, il s’agit du jeu-vidéo. Et aujourd’hui, dans ce billet d’humeur, je vais tenter de vous prouver pourquoi, selon moi, le jeu-vidéo est un art à part entière.

Manettes ps4

(Le jeu-vidéo, un domaine qui fait beaucoup parler)

Tout d’abord, le premier argument que l’on peut avancer est que ce domaine culturel regroupe tous les autres arts. Le jeu-vidéo emprunte des codes au cinéma, à la musique et autre. Il suffit de regarder comment certains jeux sont faits. Parlons de Death Stranding, le nouveau jeu d’Hideo Kojima. Pour jouer le personnage principal, Sam Bridges, c’est l’acteur Norman Reedus qui lui a prêté ses traits. L’antagoniste était joué par Mads Mikkelsen et Léa Seydoux jouait le personnage de Fragile. Pour ce faire, on a utilisé la technique de la “ motion capture “ qui consiste placer des capteurs sur l’intégralité du corps des acteurs, afin de capter au mieux leurs émotions et mouvements. Une performance incroyable qui fut également au coeur de différents films comme Pirates des Caraïbes : le secret du coffre maudit, Avatar ou encore Jurassic World. 

Ensuite, on peut également parler de l’ouverture au monde et de la vision que le jeu-vidéo nous offre. Pour beaucoup, le jeu-vidéo serait moins artistique que la littérature ou le cinéma, car l'interactivité qu’il propose ne permettrait pas de faire passer les idées que l’on souhaite véhiculer. Ce qui est entièrement faux, puisque c’est en s’impliquant, en explorant, en découvrant tout l’univers que l’on peut se rendre compte de la portée de l’oeuvre et de la vision du créateur. Dans Journey, on joue un petit personnage qui évolue dans un monde étrange avec différentes zones. On doit rallier une montagne que l’on voit au-loin. Je ne spoilerai pas la fin de cette fresque mais toute la symbolique autour de l'importance du voyage ou de la destination, qui est discutée et discutable, mais elle ne vous laissera pas indifférent. Bien évidemment, ce n’est pas le seul jeu qui veut nous faire réfléchir sur un aspect de notre monde, le jeu-vidéo est très rarement neutre et les idées qu’il porte s’impriment en nous plus facilement, car nous sommes acteurs du jeu. 

Il est également important de noter que le gouvernement, et notamment Franck Riester, ministre de la culture, a reconnu le jeu-vidéo comme un art. Une déclaration qui a fait scandale pour beaucoup de monde, mais qui n’a pas empêché le ministre d’inclure le jeu-vidéo dans le “ Pass Culture “, promesse qu’il avait faite. Un pas en avant qui mettra sûrement plusieurs années à être accepté.

Tweet ministre culture

Pour finir, j’aimerai vous faire part de mon expérience de joueur et de pourquoi, selon moi, le jeu-vidéo est un art au même titre que le cinéma ou l’architecture. J’ai joué à pas mal de jeux de toutes sortes. De Call of Duty : Black Ops 2 à Assassin’s Creed en passant par Mario Kart, j’ai accumulé un bagage vidéo-ludique qui m’a permis d’apprécier le jeu-vidéo. Mais celui qui m’a fait considérer le jeu-vidéo comme un art, c’est The Witcher III : Wild Hunt. Dans cette odyssée médiévale, on suit les aventures de Geralt de Riv, sorceleur chargé de retrouver sa fille adoptive de sa vie, après. Après de multiples péripéties, décors fantastiques et personnages atypiques, ce RPG (Role Playing Game) nous propose une fresque grandiose qui nous fera vibrer. Certains choix ou actions des différents personnages nous répugnerons ou renforcerons l’affection que nous leur portons, au même titre que dans un livre ou un film. Ici, une totale liberté de mouvement et de choix nous est laissée ; là où ce jeu montre toute sa grandeur est que de nos choix, découlent des décisions, voir la fin du jeu. Vous pouvez recommencer plusieurs fois le RPG sans avoir deux fois la même partie. De part sa longueur (environ 150h de jeu minimum), on a le temps de s’investir, de nous attacher à ces personnages de synthèse. Il y a tant de choses à faire que l’on ne voit pas le temps passer. Vous pouvez aller faire une quête au confin du monde et revenir à cheval sans vous ennuyez, la musique et les paysages étant votre compagnon de route. Le studio CD Projekt Red, au-delà d’avoir créer une oeuvre à part entière, a réussi à donner vie aux livres d’Andrzej Sapkowski et à donner une identité à des mots sur une page. Tout, dans ce jeu est beau, bien exécuté et cela nous montre pourquoi le jeu-vidéo est de l’art. 

Bien évidemment, la vision que l’on a de l’art est propre à chacun et dans ce billet d’humeur, j’ai simplement donné mon avis sur ce qui m’anime personnellement. Je me doute que beaucoup de personnes trouveront risible de défendre un passe-temps et de vouloir le mettre au même rang que des oeuvres comme La Joconde, Hamlet ou encore Let it be des Beatles. Cependant, le monde évolue et aujourd’hui, les différentes formes d’art se mélange et collaborent ensemble afin de profiter du meilleur de chaque domaine. La frontière se brouille et c’est de l’association d’idées que naît l’Art. 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 20/12/2019