L’Australie : un des incendies les plus dévastateur du XXIe siècle

Théo Sanglier, 17/01/2020


Les images choquantes de koalas à moitié brûlé ont faits du bruit sur les réseaux sociaux ces derniers temps. Mais quelle est véritablement l’ampleur de la situation ? La cause est-elle le réchauffement climatique ?

82376125 510046669621475 3001901940532576256 n 1

Un constat déplorable 

Depuis novembre 2019, de monstrueux incendies ravagent l’Australie. D’abord sur la côte Est, ils se sont ensuite propagés sur une grande majorité du pays. Environ deux fois la superficie de l’Irlande aurait été brûlée. Ce qui représente plus de 100 000 kilomètres carrés. Cette catastrophe environnementale, aurait fait plus de 20 morts, mis en cendre des milliers de maisons, et tués des millions d’animaux. Le plus assommant est que ces incendies meurtriers ne sont pas sur le point de s’arrêter. Certains chercheurs estiment que ces feux dureront encore plusieurs mois. Le constat risque donc de s’alourdir encore…

Qui est en cause ? 

Les incendies qui s’abattent sur l’Australie depuis plusieurs mois sont le fruit d’une conjonction de plusieurs facteurs naturels. Le pays a vécu son année la plus chaude jamais observée. La plaine de Nullarbor, au Sud de l’Australie, a battu le record mondial de la plus forte température jamais enregistrée un mois de décembre, avec 49,9° C. 2019 a aussi été l’année la plus sèche : 40% de pluie en moins en moyenne sur tout le pays. Cette sécheresse et ces fortes températures sont les conséquences de plusieurs phénomènes météorologiques n’épargnant pas l’Australie. La saison des feux n’est donc pas la conséquence direct du réchauffement climatique, mais plutôt la conjonction de différents phénomènes atmosphériques. Cependant, le réchauffement climatique n’en n’est pas non plus innocent. Il favorise l’intensité des périodes de sécheresses, et la hausse des températures. Il est donc difficile de démêler avec précision leurs causes et conséquences. Mais les climatologues s’accordent pour dire que ces phénomènes sont liés au réchauffement climatique, et qu’ils sont amenés à s’amplifier. 

L’espoir est encore permis

Malgré ce constat alarmant, il reste quelques raisons pour garder espoir. En effet, depuis peu, la pluie tombe sur le pays. Ce qui ravit déjà les milliers de pompiers déployés. De plus, leurs efforts permettent de faire reculer de jours en jours les incendies. On estime à presque 80.000, le nombre de pompiers déployés. Bon nombre de personnes estiment que les médias ne relayent pas assez cette catastrophe, de même que l’écologie en général est encore trop mis en arrière plan, au vue de l’importance du combat écologique. 

 

Ajouter un commentaire