Le Coronavirus : vers une épidémie mondiale ?

Anne Laure Bancel, 28/01/2020


En ce mardi 28 janvier, alors que tous les étudiants de l’université de Rouen craignent les résultats imminents des partiels, une autre menace a surgit : les 3 premiers cas de Coronavirus ont été détectés en France ! Et hier, dans la matinée, un homme a été hospitalisé au CHU de Rouen, suspecté d’avoir contracté le coronavirus…

83254478 1039486206417143 2330321251899277312 n

Le virus, apparu en Chine en décembre 2019, qui se cantonnait à la région de Wuhan, là ou il est apparu, se diffuse petit à petit aux autres pays d’Asie, et au reste du monde : Les Etats Unis, la France et l’Australie déplorent des cas positifs au virus.

56 personnes sont décédées des suites de la maladie, et on dénombre un peu plus de 2000 contaminés, avec 56 millions d’habitants confinés pour éviter la diffusion de l’épidémie.

Comment enrayer la diffusion d’un virus qui se transmet par voie respiratoire dans un monde où tous les pays sont interconnectés ? 

Revenons sur les origines du coronavirus 

Tout d’abord, un coronavirus appartient à une grande famille de virus, pouvant provoquer des maladies allant du simple rhume à des pathologies plus sévères. Le virus, de son nom scientifique 2019-nCoV, a pris racine dans le marché de la ville de Wuhan, en Chine. Ses premières victimes sont donc des vendeurs, spécialisés dans la vente de poissons et de fruits de mers. 

Certains experts avancent que le virus est d’origine animale, plus précisément en provenance des serpents. D’autres estiment que le 2019-nCoV ressemble grandement aux souches de SRAS-nCov circulant dans les chauves souris. Il y a de fortes chances que les chauves souris soient bel et bien les hôtes du virus, qui a ainsi muté très rapidement pour être transmis à l’homme. 

Les principaux symptômes sont ceux d’une pneumonie ordinaire, avec une forte toux et de la fièvre. Il se transmet donc par voie respiratoire, ce qui explique les difficultés pour endiguer sa propagation.

Quelle est la situation en Chine actuellement ?

Ainsi, c’est l’ensemble de la région et des villes aux alentours de Wuhan qui est au centre de cette épidémie. Pour éviter la diffusion du virus à l’ensemble du territoire, les autorités ont décidé de placer la ville en isolement, à partir du jeudi 24 février. Seuls quelques docteurs ou infirmières peuvent entrer dans la ville pour soulager leurs collègues, qui ne sont pas préparés à faire face à un tel afflux de malades. Les transports en commun sont bloqués, et la plupart des habitants se sont rués vers les pharmacies, pour prévenir la maladie éventuelle. Il est demandé à l’ensemble de la population de porter des masques. La ville de Wuhan fonctionne donc au ralenti, les supermarchés ne sont plus approvisionnés, et les citoyens restent chez eux, dans l’attente des nouvelles données par les autorités publiques.  Le président Chinois Xi Jinping déclare à différents médias que: "il est urgent de prévenir et de contrôler correctement la maladie compte tenu des flux massifs de population pendant les prochaines vacances du Nouvel An chinois, qui tombe le 25 janvier". Selon lui, le développement de la maladie s'accélère, on est passés de 46 morts le samedi 25 janvier à 51 morts le dimanche 26. 

Coronavirus

Capture d'écran d'une carte interactive montrant l'expansion du virus en Chine

Les réactions du reste du monde ?

L’ennui, c’est que justement, il est très difficile de contrôler les mouvements de va-et-vient des individus dans un monde interconnecté. C’est la raison pour laquelle un avion en provenance de Wuhan a atterri le jeudi 23 janvier à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle à Paris, à la suite de quoi les premiers cas avérés en France furent repérés. 

Au vu de cette transmission si rapide, certains pays tels que l’Angleterre ont mis en place des protocoles de détection du virus aux frontières, notamment en prenant la température des passagers. En France, les autorités s’engagent à apporter un suivi médical aux personnes revenant d’un pays asiatique, potentiellement porteuses du virus, et mettent en place des campagnes de prévention, pour inciter les malades à appeler le centre 15 et à ne pas se rendre aux urgences en cas de symptômes.

Des mesures vont être prises par les Etats Unis et la France pour rapatrier leurs ressortissants “prisonniers” de la zone de quarantaine de Wuhan. Cependant, l’Organisation Mondiale de la Santé n’a pas déclaré l’urgence sanitaire au niveau mondial. En effet selon l’OMS, la situation en Chine est préoccupante, mais il est encore trop tôt pour parler d’urgence. En effet, ce terme n’a été utilisé qu’en de rares occasions comme en 2009 contre la grippe porcine H1N1 ou le virus Zika en 2016.

Ainsi, il n’existe pas de traitements, voir de vaccins à ce jour. Les patients atteints de coronavirus prennent des cachets pour faire baisser leur température ou enrayer leurs maux de tête, comme dans le cas d’une grippe ordinaire. Des chercheurs chinois, mais aussi de l’institut pasteur en France tentent de mettre au jour un vaccin. 

Bien qu’il est fort possible que de nouveaux cas soient détectés dans les prochains jours, on ne peut pas encore parler d’épidémie au niveau mondial: le virus n’a encore fait aucun cas chez les enfants et les moins de 25 ans, et touche principalement les personnes de plus de 50 ans, qui possède déjà des problèmes respiratoires. En attendant d’avoir plus d’informations, les médias conseillent à la population de ne pas céder à la panique et donnent quelques conseils de prévention pour les pays Occidentaux : se laver les mains régulièrement et ne pas les porter à la bouche.

De plus, on peut suivre l’évolution du virus via la carte mise à jour en temps réel disponible en cliquant sur le lien suivant : https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 28/01/2020