Tchernobyl : Un feu de forêt criminel qui sème la discorde

Alicia Trotin, 28/04/2020


Depuis la catastrophe nucléaire du 26 Avril 1986, Tchernobyl s’était presque fait une nouvelle image de ville mystique et était sur le point de devenir une destination touristique d’un nouveau genre, jusqu'aux incendies survenus aux abords de la centrale, qui relancent des inquiétudes environmentales. 

Pripyat 02710024

Ville de Prypiat 

L’Ukraine sous contrôle

Or, ce 4 avril 2020, un ukrainien de 27 ans, habitant à quelques kilomètres du secteur radioactif, a provoqué un feu de forêt non loin de la célèbre centrale. Les 400 pompiers mobilisés ont mit une dizaine de jours à maîtriser l’incendie criminel à cause de la sécheresse inhabituelle des environs, et des bourrasques de vents qui propagaient les flammes. Ce n’est pas moins de 20 000 hectares qui partirent en fumée, détruisant, dans un rayon de 30 km, faune et flore autour de Prypiat.

Grâce à des images satellites, on a pu observer que le feu n’était plus qu’à 1,5 Km du réacteur de Tchernobyl. C’est l’ONG Greenpeace qui alerte alors sur le danger que cela implique et demandant ainsi une réaction. Le magazine Le Point, nous informe que dans un premier temps, elle fût soutenu par un certain Legor Firsov, qui avait relevé que le niveau de radiation dépassait largement les normes.  

Rapidement, il est revenu sur cette déclaration tout comme d’autres hauts placés du gouvernement ukrainien qui soutenaient unanimement qu’il n’y avait aucun risque : les taux seraient totalement sous contrôle.

Césium, or not Césium : l’inquiétude

Même si le feu est maintenant circonscrit, grâce aux interventions complexes des pompiers et des bombardiers, sur place, la radioactivité a été mesurée comme étant supérieur de 16 fois à la normale. Ainsi, elle pourrait remettre en suspension le dangereux Césium 137 (élément radioactif qui se fixe dans l’argile, ou les minéraux) de la centrale.
Étonnamment, les taux de la Capitale seraient eux tout à fait normaux, bien que Kiev ne soit qu’à une centaine de kilomètres de là.
En plus de contaminer le milieu naturel local, et les environs, le nuage de fumée de ce récent incendie se serait déplacé en Europe. Il serait arrivé en France dans la nuit du 7 avril 2020, en touchant principalement la région Grand-Est. 
Actuellement, l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) assure que ce nuage et les particules présentent dans l’air, ne représenteraient pas un danger pour la santé.
Toutefois, si les risques sanitaires sont inexistants, comme l’a communiqué RTL, les 800 feux recensés en Ukraine ont placés la capitale du pays parmi les villes les plus polluées au monde le 17 Avril 2020.

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 01/05/2020