FantNASTIC experience

Louis Lesueur, 25/02/2019


Un séjour Erasmus, ce sont des découvertes, des joies ; des galères parfois aussi. Mais ici, c’est surtout un match de football : Liga Segunda, 27e journée, Tarragone reçoit Cadiz.

B5f9cbc8 ff19 4c35 a6da 24b43405c38f

Match haletant et plaisant entre catalans et andalous

Beaucoup d’entre vous seront sans doute surpris de lire un sujet sur un match de seconde division espagnole. Mais l’envie de découvrir vous guide, comme elle guide les milliers d’étudiants Erasmus chaque année, dont moi samedi, au moment de m’installer sur ma chaise dans la cabine (numéro 2) des journalistes accrédités pour ce match, une rencontre opposant deux équipes aux intérêts distincts dans ce championnat. Le Nastic lutte pour se maintenir dans cette division (21e sur 22, à cinq points du maintien) et Cadiz espère accéder à l’étage supérieur (6e et actuellement barragiste pour l’accession). Cette opposition est donc cruciale pour les deux clubs. Heureusement pour les 7494 spectateurs présents (dont environ 200 andalous), l’enjeu n’a pas pris le pas sur le jeu, loin de là.

Un vrai bon match de football

Le match est haletant, rythmé, et comme tout match espagnol, marqué par peu de déchet technique, rien à voir avec un Troyes-Béziers, sans manquer de respect à ces deux équipes. Les occasions sont au rendez-vous, le scénario est riche en rebondissement mais comme 900 kilomètres plus au Sud, au stade Sanchez Pizjuan de Séville où les Sévillans recevaient le Barça, l’équipe locale s’est inclinée en marquant deux buts. La seule différence ? Luis Suarez, buteur dans les deux cas, est ici dans le camp des vaincus. L’autre différence est bien évidemment de ne pas retrouver Leo Messi sur le pré mais au Nou Estadi de Tarragone, le génie argentin est présent dans les jambes de Machis qui vient ouvrir le score pour Cadiz d’une frappe sublime dans la lucarne (0-1, 14e). Le Nastic qui possède le ballon jusque là et a les meilleures occasions (2e,3e,12e), réagit quelques minutes plus tard par Luis Suarez, imitant son homonyme du Barça quelques minutes plus tôt à Séville, en ajustant le gardien d’un lob (1-1, 19e). « C’est mieux dans le jeu sur les derniers matchs. Malheureusement, aujourd’hui, les détails ne vont pas dans le bon sens » juge Enrique Martin, l’entraîneur de Tarragone en conférence de presse. Les détails ? Martin évoque sans doute les deuxième et troisième but des andalous. Sur un corner d’Alex mal botté, le ballon rebondit sur le crâne de Kanté. Le milieu du Nastic trompe son propre gardien (1-2, 34e). Sur le troisième, la défense n’est pas en place suite à un corner repoussé, et sur le deuxième ballon, Vallejo reçoit le cuir dans la surface, élimine son défenseur et ajuste Bernabé (1-3, 51e). Ces deux buts ne découragent pas les catalans qui repartent à l’assaut poussés par un public - les journalistes locaux n’hésitant pas à encourager également - chauffé à blanc, et qui sera d’autant plus remonté par la réduction de l’écart de Kanté sur un pénalty parfaitement frappé (2-3,55e).« On marque encore deux buts, c’est positif. Maintenant, il faut continuer de travailler et garder cette envie. En deuxième mi-temps, on a tenté mais on n’a pas eu de réussite», soulignait Kanté. Plus de réussite quand ce même Kanté frappe de peu à côté (64e), quand cette tête de Sanchez, le défenseur de Cadiz, est proche de tromper son gardien (74e) ou quand ce centre de Luis Suarez est dégagé en catastrophe par la défense (85e). De la réussite aussi si Monsieur Aragon avait sifflé pénalty sur deux actions litigieuses (64e,79e).

La course au maintien est lancée

« Il ne faut pas baisser les bras et les résultats viendront. Il faut travailler et continuer à jouer. Il faut insister dans le même sens, c’était un match intéressant aujourd’hui(lire samedi) » constate Martin. Intéressant notamment sur le plan offensif avec des phases de jeu construites, le Nastic a eu 59 % de possession, a tiré douze fois au but mais a surtout marqué deux buts, une performance rare pour être soulignée (3e fois en 27 journées). Peu utilisé, Suarez, en forme et auteur de deux buts sur les deux derniers matchs, peut animer un secteur souvent en berne cette saison (17 buts marqués). Mais samedi, c’est sur le plan défensif que Tarragone a failli, encaissant trois buts donc, dont deux évitables. « On arrive à faire la différence et marquer deux buts… c’est inacceptable de perdre en marquant deux buts à domicile », pestait Fali, le milieu catalan. Pour se maintenir, le Nastic devra avoir attaque et défense au diapason. La course au maintien est lancée.

4d7d80cb 822b 46a1 8b3b 88a888d95cd6

Enrique Martin, coach de Tarragone en conférence de presse d'arpès match

A Tarragone, Cadiz bat Nastic Tarragone 3-2 (2-1)

Arbitre : M. Aragon

Buts pour Tarragone : Luis Suarez (19e), Kanté (s.p., 55e) ; pour Cadiz : Machis (14e), Kanté (34e,csc), Vallejo (51e)

Avertissements à Tarragone : Salva (15e), Kanté (37e),Thioune (70e), Noguera (80e), Luis Suarez (90e) ; à Cadiz : Correa (52e)

Nastic : Bernabé – Abraham, Mikel, Noguera, Salva – Thioune, Fali (Sadik,53e) , Imanol, Kanté (Palanca,81e) , Pipa (Barrada,53e) – Luis Suarez

Entraîneur : Enrique Martin

Cadiz : Cifuentes – Robert Corea, Sanchez, Kecojevic, Matos – Mari, Alex (Sergio,78e) – Querol (Rennella,70e), Jairo, Machis (Vallejo,36e) – Salvi Sanchez

Entraîneur : Alvaro Cervera

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 26/02/2019