« Grandiose de courir les Jeux Olympiques à la maison avec le public français »

Louis Lesueur, 18/07/2019


A deux mois de Mondiaux pour lesquels il n’a pas encore réalisé les minimas, Christophe Lemaitre enchaîne les courses en quête de certitudes. Lundi, veille de course à Sotteville, il est revenu pour nous sur ses mois et années à venir et les joies de sa riche carrière.

462f503a 5729 4b8e 8db7 97f2337ee57f

Chrisotphe Lemaitre, lors de son 200m à Sotteville, où il a réalisé une belle perfromance

Présent pour la première fois au Meeting de Sotteville, Christophe Lemaitre a connu des fortunes diverses entre un 100m mitigé (4e en 10"28) alors qu’il espérait battre son record de la saison 10"27 et se rapprocher des minimas pour les Mondiaux à 10"10, et un 200m prometteur achevé en 20"46 (record du Meeting et meilleure performance de sa saison) qui lui permet de voir sereinement se rapprocher les minimas pour Doha (20"40). Arrivé dans la banlieue rouennaise lundi, le sprinter d’Aix-lès-Bains a répondu à nos questions lundi, en toute décontraction.

C’est votre première à Sotteville mais vous avez déjà couru en Normandie (Val-de-Reuil, Mondeville), quels souvenirs vous gardez de ces courses et de la Normandie ?

«  Forcément je garde des souvenirs. J’y fais des bonnes performances en règle générale donc j’en garde de bons souvenirs. »

Pourquoi Sotteville ?

«  Je connaissais le meeting de nom parce qu’il fait partie des grands meetings français organisés dans le cadre du Pro Athlé Tour. Je regardais souvent les résultats sur Internet ou les directs à la télévision. C’est un meeting où il y a souvent de bonnes performances en sprint. Ici, on profite du calendrier et qu’il y ait un 100m et un 200m pour doubler et faire des bons chronos. »

Courir un 100m et un 200m n’est donc pas un problème.

«  J’ai l’habitude d’enchaîner les courses depuis 2010. Dimanche dernier, j’ai encore doublé 100m et 200m, je me sens bien pour le faire. Ce n’est pas quelque chose qui pose problème. »

Comment vous sentez-vous et quels sont vos objectifs dans les courses à venir ?

«  Si on peut faire les minimas rapidement c’est une bonne chose mais l’objectif dans un premier temps est de continuer de monter en puissance et engranger les courses sur 100m comme sur 200m et continuer à faire monter le pic de forme afin qu’il soit à son maximum lors des championnats du monde. »

Les Mondiaux dont vous gardez un bon souvenir avec votre médaille de bronze en 2011, qu’est-ce que vous retenez huit ans après de cet événement ?

« C’est l’une des plus belles courses de ma carrière, la deuxième. Il y a une médaille, le record de France, le fait de descendre sous les 20 secondes. La course était relevée en plus donc c’est le deuxième plus beau souvenir de ma carrière. »

Le premier est la médaille de Bronze à Rio aux Jeux Olympiques en 2016 ?

«  Exactement. Les Jeux Olympiques font que cette médaille est plus belle. Mais c’est aussi lié au contexte du moment. Je revenais de plusieurs années de galère avec des blessures, des contre performances. Faire cette médaille, à ce moment-là, même si je savais que j’en étais capable, il fallait le faire et c’est donc pour ça que c’est la plus belle course de ma carrière pour le moment. »

Les Jeux Olympiques à Paris en 2024, vous aurez 34 ans, est-ce un rêve ou vous n’y pensez pas ?

«  Je n’y pense pas, c’est loin. Il peut se passer beaucoup de choses. Mais c’est sûr qu’en tant que français, courir les Jeux Olympiques à la maison avec le public français, ce serait quelque chose de grandiose que j’aimerais vivre mais on ne se focalise pas dessus pour le moment. »

Quel changement vous voyez entre le Christophe Lemaitre de 2010-2011 et celui d’ajourd’hui ?

« Mentalement, j’ai mûri. L’athlétisme est évidemment une part importante de ma vie mais maintenant je sais prendre le recul nécessaire et je sais qu’il n’y a pas que ça. J’ai aussi d’autres envies, d’autres objectifs à réaliser. J’ai appris à ne plus me focaliser que sur l’athlétisme, à ne pas m’enfermer et à m’ouvrir à d’autres choses. »

D’ autres envies et objectifs pour votre retraite ?

« J’ai déjà quelques idées, oui. Je peux rester dans le milieu de l’athlétisme mais dans un autre domaine ou alors totalement changer et atteindre mes objectifs personnels pour travailler dans le community management. J’ai plein d’idées derrière la tête mais pour le moment il me reste du temps. Tokyo (Jeux Olympiques 2020) est un objectif, on verra après. »

En tant que grand supporter déclaré de l’Olympique de Marseille, comment vivez-vous ce mercato et cette période estivale ?

« Pour l’instant on ne le vit pas le mercato et on ne sait pas si on va le vivre. On a même perdu 4-0 contre Glasgow (Rangers, deuxième du championnat écossais en 2018-2019) mais on ne vas pas trop en parler... »

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 18/07/2019