Kobe Bryant : le monde du basket a jamais endeuillé

Théo Alleaume, 27/01/2020


C’est ce dimanche que la triste nouvelle est tombée. Victime d’un crash d’hélicoptère, la star de la NBA Kobe Bryant est décédé, ainsi que sa fille, Gianna Maria-Onore Bryant, mais également sept autres personnes. Retour sur la carrière d’un joueur qui aura marqué l’histoire de son sport.

Kobe bryant 2014

Photo prise lors d'un match des Lakers en 2014

Une carrière toute tracée

Né le 23 août 1978, à Philadelphie, il est le fils de Joe Bryant, ex-joueur et entraîneur de basket. Il suit son père dans son aventure italienne mais également française (FC Mulhouse Basket). Par la suite, en 1992, Kobe va revenir aux Etats-Unis pour poursuivre ses études. C’est en Pennsylvanie qu’il fera ses débuts dans le monde du basket dans l’équipe de son lycée de Lower Merion High School, au poste d’arrière. Durant quatre années, il portera son équipe et finira meilleur marqueur de l’histoire de la vallée du Delaware, avec 2883 points en quatre ans; il sera également élu meilleur lycéen de l’année 1996. Des débuts tonitruants annonciateurs d’une grande carrière. 

Un recrutement qui n’est que la suite logique de ses débuts.

Kobe Bryant, ayant fait des débuts en fanfare, est donc logiquement suivi par de nombreux clubs. Il sera sélectionné par les Hornets de Charlotte, mais sera échangé contre Vlade Divac, pivot des Lakers. Une fois arrivé chez les Lakers de Los Angeles, Kobe ne quittera plus le club jusqu’à sa retraite en 2016. 

Il passe donc du lycée à la NBA, sans passer par l’Université, étape obligatoire pour chaque futur joueur, habituellement sélectionné lors des championnats universitaires. Cela explique des débuts plutôt timide, où il ne démarrera que par jouer 6 matchs sur 71. Cependant, sa première année sera vite oubliée au profit de la suivante où il va éblouir la NBA de tout son talent. Beaucoup voient en lui un futur Michael Jordan et sa relation avec Shaquille O’Neal ne fait que confirmer l’engouement auprès de la future star. De ce fait, il sera nommé, en février 1998, plus jeune titulaire d’un match de NBA All-Star. 

Les deux années de la consécration

Grâce à l’arrivée d’un nouvel entraîneur, Phil Jackson, ex-entraîneur des Chicago Bulls (club de Michael Jordan avec six titres de champion), les Lakers vont remporter leur titre en 2000, face aux Pacers de l’Indiana. 

Puis, Kobe va alors élever son niveau de jeu en 2001, ce qui va les aider à conserver leur titre. KB8 va culminer à 29 points de moyenne, 6 rebonds et 5 passes décisives sur 67 matchs durant la saison. Le duo qu’il forme avec Shaq atteint les 60 points de moyenne par match. 

De 2000 à 2002, les Lakers vont tout balayer sur leur passage et Black Mamba remportera le titre de MVP du All-Star Game à Philadelphie. 

Un passage à vide impactant

Après avoir côtoyé les sommets, la chute fut brutale pour Kobe et cette dernière arriva dès 2002. Shaquille O’Neal étant blessé, KB8 voulu endosser le rôle de leader des Lakers et commença à enchaîner les mauvaises prestations, en tirant au panier plus que nécessaire, en oubliant ses coéquipiers. Cependant, dès le retour de Shaq, les résultats remontent : les Lakers finissent à la cinquième place et Kobe finira troisième au titre de MVP (Most Valuable Player) de la saison régulière, et sera dans le cinq de la saison (cinq meilleurs joueurs de la saison). 

La saison 2003 commençait sur le même rythme que la fin de saison 2002 avec un recrutement impressionnant : celui de Karl Malone (ailier fort) et Gary Payton (meneur de jeu). Les Lakers dominaient alors le championnat jusqu’à la blessure de Karl Malone ce qui va déséquilibrer l’équipe. Les critiques fusent, notamment sur Kobe, qui continue d’être critiqué pour son égoïsme. 

2004 va marquer la rupture entre KB8 et Shaq, puisque ce dernier sera échangé contre trois joueurs des Miami Heat. Décision que certains associent à une volonté de Bryant, qui souhaite prendre le leadership de l’équipe. Les journalistes continuent alors de descendre le joueur, qui peine à maintenir les siens au-dessus des 50% de victoires; il est accusé d’individualisme et d’être trop arrogant, critiques confirmées par ses coéquipiers.

Le retour du roi

Mais alors que plus personne ne misait sur lui, Kobe revient à son plus haut niveau et remonte la pente avec les Lakers, et entre 2005 et 2013, Magic Mamba va impressionner l’Amérique. 

C’est en 2005 que le premier coup d’éclat a lieu, puisque les Lakers vont se positionner à la huitième place de la conférence Ouest. Le numéro 8 va inscrire 62 points en seulement ¾ temps contre les Mavericks de Dallas. Puis, continuant sur cette lancée, il inscrira 81 points (record de carrière) contre les Raptors de Toronto, le 22 janvier 2006, ce qui reste à ce jour la deuxième meilleure performance de l’histoire de la NBA (derrière Wilt Chamberlain avec 100 points, en 1962). Kobe atteindra la finale en 2007, une première depuis 4 ans, mais perdra contre les Celtics de Boston. Il remportera cependant le titre de NBA MVP. 

L’histoire est en marche et les Lakers vont alors enchaînés le doublé en temps que champion NBA et Kobe ajoutera une quatrième et une cinquième bague à ses doigts. De plus, il deviendra le cinquième joueur à dépasser les 30.000 points en carrière, mais également le plus jeune à réussir cet exploit. 

Une fin de carrière en dent-de-scie

Les affres du temps n'épargnent personne, et même si le mental suit, le corps lâche. C’est ce qui arrivera à Kobe. Son épaule et son genou ne le laissant pas tranquille, il sera contraint de mettre un terme à sa saison 2015. Il annoncera prendre sa retraite à la fin de la saison 2016, dans une lettre “Dear Basketball” désormais célèbre. Black Mamba jouera le dernier match de sa carrière le 13 avril 2016, inscrivant alors 60 points, record de la saison. 

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, Kobe Bryant aura marqué l’histoire du basket, de la NBA, de l’Amérique et du sport en général. Détenteur de nombreux records, il fut également médaille d’or aux Jeux Olympiques de 2008 et de 2012 avec la sélection américaine, ainsi que médaille d’or du championnat d’Amérique 2007. 

C’est avec une grande tristesse que nous rendons hommage à cet homme, modèle pour beaucoup de sportifs, ainsi qu’à sa fille, Gianna. Nos pensées vont à sa famille, mais également aux familles des autres disparus dans cet accident. 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 27/01/2020