L'homme qui courait pour la charité

Théo Alleaume, le 02/03/2020


Son nom vous est peut-être inconnu, pourtant Eddie Izzard est l’un des plus grands comiques britanniques de notre époque. Régulièrement récompensé par différents prix, l’homme est un artiste reconnu dont la réputation n’est plus à faire. Et pourtant, étant une personne engagée, Eddie Izzard s’est lancé un défi un peu fou : celui de faire 28 marathons en 28 jours dans 28 pays différents.

Eddie izzard 2013 (Eddie Izzard, en 2013, aux British Comedy Awards)

Un homme et un artiste accompli

Né le 7 février 1962, dans l’actuel Yémen, c’est tout jeune qu’il découvrira la comédie et trouvera en cette dernière un peu de réconfort après la mort de sa mère. Ce sont les Monty Python, Steve Martin ou encore Benny Hill qui vont l’influencer dans ses premiers sketchs notamment à l’Université de Sheffield.
Après avoir peaufiné son style et ses sketchs, le succès frappe à sa porte au début des années 90 grâce à deux de ses premiers one-man show : Live at the Ambassadors (1993) et Definite Article (1996). Il remporta ainsi deux British Comedy Awards, puis partira en tournée mondiale, le succès suivant ses pas.

Son style est très influencé par ses premiers coups de coeur comiques à savoir les Monty Python. Du fait de sa dyslexie, il ne base que très rarement sur des blagues écrites à l’avance. À la place, il laisse libre cours à ses idées et à ses pensées, le tout entrecoupé de mimes et de divers personnages qui interviennent à chaque représentation. 

Au-delà d’être un humoriste, Eddie Izzard est également un acteur de théâtre et de cinéma. C’est en 1994 qu’il fit ses débuts sur les planches dans la pièce The Cryptogram de David Mamet. De plus, il débutera sur le grand écran en 1996 dans le film The Secret Agent de Christopher Hampton.

 

Un engagement symbolisé par le marathon

En effet, au-delà de son statut d’artiste, Eddie est une personnalité très engagée et soucieuse du monde qui l’entoure. Il est notamment reconnu pour son activisme pro-Union Européenne et une bonne intégration du Royaume-Uni dans cette dernière. De plus, il avait également créé la Alternative Productions Society of the Union Students afin de promouvoir les formes d’art alternatives, du temps où il était à l’université. C’est également quelqu’un qui a pour objectif de réunir les gens et de trouver des fonds pour lutter contre la misère. C’est dans cet objectif qu’il s’est lancé un défi un peu fou : celui de courir 28 marathons en 28 jours afin de récolter des fonds pour différentes oeuvres de charité. 

Eddie Izzard est donc parti de Londres et a fait le tour des capitales européennes (Madrid, Nicosie…). Porté par le #MakeHumanityGreatAgain, le Britannique a couru plus de 1100 km à travers l’Europe, geste que l’on ne peut s’empêcher de relier au Brexit malgré la portée humanitaire.
De ce fait, plus de 130.000£ ont déjà été récolté sur un objectif de 150.000£ (voici le lien de la cagnotte https://www.crowdfunder.co.uk/makehumanitygreatagain). 

Afin de réaliser cette performance, le comique n’en est pas à son coup d’essai. En effet, en 2016, il avait déjà réalisé une performance du même acabit en courant 27 marathons en 27 jours, en hommage aux 27 années de prison de Nelson Mandela. Eddie Izzard avait traversé l’Afrique du Sud en passant par les différentes étapes de la vie de l’ancien président Africain : son village natal, son école, son université et surtout la prison de Robben Island avant de terminer devant la statue de Nelson Mandela, à Pretoria. On peut supposer que l’artiste s’est soumis à un rude entraînement quotidien. Or, selon une interview accordée à The Guardian en 2016, il s’agit surtout d’une question de mental et de confiance en soi : “J’ai 54 ans, si je peux courir 42,2 km par jour, tout le monde le peut.”.
Preuve, s’il en est, que quand on veut, on peut. La totalité de l’argent récolté fut redistribuée à différentes oeuvres de charité luttant contre la précarité au Royaume-Uni et dans différentes zones du monde.

À travers cet élan de charité, on voit que certaines personnalités ne sont pas coupées du monde et reste sensible aux problèmes que rencontre la majorité de la population mondiale. Cela permettra peut-être d’inspirer d’autres personnalités et de déclencher une vague de solidarité de par le monde.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 02/03/2020