Le 4 mai : son histoire

Simon Lebaron, 04/05/2020


Malgrè l’absence de toute activité sportive, l’information continue et l’histoire du sport vit encore. Nous sommes aujourd’hui le 4 mai et ce jour a vu se réaliser différents événements sportifs au cours des années et des siècles. Laissez-moi vous en présenter quelques-uns.

 

Photo montage 1

 

Le 4 mai 1871 : Premier match professionnel de baseball aux Etats-Unis

Alors que la première Ligue professionnelle de baseball, la NAPBBP, est créée deux mois avant, c’est le 4 mai 1871 que se déroule le premier match. Il oppose les Kekiongas de Fort Wayne aux Forest Citys de Cleveland. L’équipe des Kekiongas, qui a accueilli ce match, en est sortie vainqueure grâce à une victoire 2-0. Loin des actuels stades de 50 000 places, ce premier match emblématique s’est déroulé sous le regard de 200 spectateurs. Ravis ou intrigués, ils ont assisté aux débuts professionnels du sport devenu typiquement américain aujourd’hui : le baseball.

Très populaire aux Etats-Unis, le baseball l’est beaucoup moins en Europe, où sa pratique n’est qu’amateure.

Le 4 mai 1924 : Cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Paris

24 ans après sa première organisation des Jeux Olympiques, Paris réitère. En effet, la capitale française accueille les Jeux du 4 mai au 27 juillet 1924. Même si officiellement, les JO ont débuté le 4 mai et que certaines épreuves ont eu lieu durant ce mois, officieusement, la cérémonie d’ouverture officielle s’est déroulé le 5 juillet. Pas facile tout ça.. Bien sûr, l’organisation de ces olympiades à une dimension politique et économique pour la ville organisatrice. Alors que l’événement a déjà commencé, le président français démissionne et Gaston Doumergue prend sa place. Cette succession inattendue est probablement l’élément déclencheur de cette deuxième cérémonie d’ouverture en présence du nouveau président.

Drôle de coïncidence : 100 ans après, Paris accueillera les Jeux Olympiques 2024.

Le 4 mai 1980 : Victoire du français Didier Pironi au grand Prix de Belgique

Peu connu, Didier Pironi est un pilote automobile français qui a atteint la Formule 1 à l’âge de 28 ans. Ce qui peut paraître tard ne lui enlève pas pour autant une carrière prometteuse dans le sport automobile. Dès ses débuts, il remporte sa première victoire sur le circuit de Zolder le 4 mai 1980 lors du Grand Prix de Belgique. Pourtant deuxième sur la ligne de départ, sa Ligier-Ford et lui prennent d’entrée l’ascendant sur les autres concurrents et terminent le premier tour en première position, position qu’il a gardé tout au long des 72 tours de course. Il finit par franchir la ligne d’arrivée devant Alan Jones, le futur champion de la saison, avec 47 secondes d’avances.

Seulement deux ans après, sa carrière de pilote s’achève à cause d’un grave accident.

Le 4 mai 2002 : L’Olympique Lyonnais, champion de France

Évoluant en Ligue 1 depuis 1989, l’Olympique Lyonnais prend place dans le haut de tableau à partir de la saison 1994-1995. Ce n’est pourtant qu’en 2002 que le club rhodanien arrache le titre de champion de France. En effet, le 4 mai 2002, lors de la dernière journée de championnat, un match au sommet se tient entre le leader et son dauphin, respectivement le Racing Club de Lens et l’Olympique Lyonnais. Un seul point les sépare, obligeant une victoire de Lyon pour être sacré à l’issue des 90 minutes. Alors que l’équipe figure deuxième depuis de longues semaines, elle fait un spectaculaire “hold up” en écrasant son rival par trois buts à un et devient champion de France pour la première fois de son histoire. 

Ce premier sacre fut le début d’une série inédite et inégalée de 7 titres remportés à la suite.

Le 4 mai 2003 : La ligue des champions pour le Montpellier Handball

Depuis le milieu des années 90, le jeune club de Montpellier, créé en 1982, domine la compétition française de handball. En 2002, le MHB compte à son palmarès 5 titres de Champion de France et 4 Coupes de France mais ces succès ne suffisent pas au club pour être admiré et redouté à l’étranger, il lui faut franchir la plus haute marche : le succès international. Le 4 mai 2003, Montpellier affronte le club de San Antonio en finale de Ligue des Champions. Menée par Jackson Richardson, l’équipe espagnole gagne le match aller 27-19 malgré l’énorme performance du jeune Nikola Karabatic, mais la tendance bascule au match retour lors duquel Montpellier s’impose par 12 buts d’écart sur le score de 31-19. Cette victoire est la première pour un club français en Ligue des Champions.

Par la suite, Paris perd en finale en 2017 et Montpellier la gagne une nouvelle fois en 2018.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 04/05/2020