Souvenirs de stade

Théo Alleaume, Simon Lebaron, 11/05/2020


Malgré l'absence de sport, il y a des évènements, des matchs qui nous collent à la peau et nous restent en mémoire. C’est pour ces raisons que Simon et Théo vous livrent aujourd’hui leurs meilleurs souvenirs de matchs. 

Stade geoffroy guichard

 Le stade Geoffroy-Guichard en émulsion, 2013

Simon : un résultat qui ne prime pas sur le souvenir

Pour le peu de match auquel j’ai assisté, le meilleur dont je me souviens n’est pas le match en lui-même mais plutôt l’ambiance autour de celui-ci. Il s’agit du match d’inauguration du Stade Océane au Havre le 12 juillet 2012. Cette confrontation a opposé le HAC au club de Lille, troisième de Ligue 1.

Le match ne commençait qu’à 20h45 et pourtant bien avant, la moitié du stade avait déjà été investie par les supporters. Dès lors que le coup d’envoi était sifflé, le Stade Océane était plein pour son premier accueil. Plus de 25 000 spectateurs ! Plus jamais je n’ai vu autant de personnes présentes au stade.

Le match n’était pas exceptionnellement bon. Avec une importante domination de Lille, l’équipe s’est imposée deux buts à un en inscrivant le premier but sur la nouvelle pelouse du Havre. Mais voir une équipe de Ligue 1 s’imposer sur une équipe inférieure n’était pas l’atout de cette soirée. Bien sûr, c’était l’inauguration du Stade Océane et l’après-match l’a parfaitement démontré ! Plongé dans le noir, le stade a accueilli un magnifique spectacle son et lumière accompagné de danseurs quelques minutes après le coups de sifflet final. À la fin, le public s’est mis à applaudire, pour le spectacle mais aussi et surtout pour cette nouvelle enceinte sportive.

En sortant, les joueurs du Havre étaient devant le stade et on pouvait prendre une photo avec eux. C’est aussi pour cette raison que je me souviens autant de cette soirée, car même si je n’avais que 10 ans, il me suffit de regarder cette photo pour me la remémorer.

Théo : différents évènements mais toujours le même frisson

Pour ma part, j’ai eu la chance d’aller assister à plusieurs évènements sportifs. Que ce soit du rugby ou d’athlétisme, le spectacle est toujours au rendez-vous.
Tout d’abord, j’ai eu la chance d’assister au Meeting Areva 2013 au Stade de France. Après une entrée originale en 2CV de certains athlètes, on a eu l’occasion de voir concourir plusieurs grands noms de l’athlétisme comme Usain Bolt, Shelly-Ann Fraser-Pryce ou encore Renaud Lavillenie. Sur une journée, de nombreuses épreuves prenaient place sous nos yeux, si bien qu’on ne savait pas où donner de la tête. Je retiendrai l’excitation de la foule lors des 100 m hommes et femmes mais aussi ces moments de retenue lors du concours de saut à la perche remporté par Renaud Lavillenie. 

Cependant, j’ai également eu la chance de voir plusieurs matchs de rugby. Que ce soit l’équipe de France, une rencontre de Top 14, de Pro D2 ou encore de Fédérale 1, c’est un sport qui me fascine. Je devais avoir 11 ans lorsque j’ai vu un match du XV de France pour la première fois, c’était un France-Écosse dans le cadre du tournoi des Six Nations. Ce qui m’a le plus marqué, c’est la découverte du stade une fois les quelques marches montées, pour l’enfant que j’étais c’était très impressionnant. L’arbitre a sifflé, les minutes s’écoulaient et je sentais monter l’ardeur de la foule qui encourageait son équipe durant 80 minutes, exultant à chaque essais ou pénalités. 

C’est cette même ardeur que j’ai retrouvé le 24 mai 2019, lors du match Rouen-Albi, match ô combien décisif, puisque c’est à l’issue de cette rencontre que le RNR est monté en Pro D2 pour la première fois de son histoire. Rouen avait besoin de l’emporter par 12 points d’écart minimum, la tension et la pression était énorme. J’ai eu de la chance, j’étais bien placé en plus d’être dans une tribune regroupant des supporters rouennais et albigeois, l’ambiance était électrique, mais courtoise. De la 1ère à la 8ème minute, les joueurs comme les supporters n’ont rien lâché, c’était toute la ville qui se battait pour décrocher le ticket pour le monde professionnel. Lorsque le coup de sifflet final a retenti, les supporters ont exulté et ont envahi le terrain pour communier avec leur équipe. Ce soir là, beaucoup d’émotions ont été partagées entre de parfaits inconnus qui s’étaient réunis pour une seule chose : soutenir leur équipe. 

Comme vous avez pu le lire, le sport n’est pas qu’un résultat sur une feuille de match, c’est bien plus que cela. Des supporters, des émotions, un soutien inconditionnel en toutes circonstances, c’est cela qui fait que le sport est ce qu’il est, un moment de partage incroyable ! 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 11/05/2020