6 gestes et initiatives écolos adaptables aux étudiants

Marie Picard, le 19/09/2019


L’impact de l’homme sur l’environnement n’a jamais été aussi important et dégradant, entre le réchauffement climatique, les pics de pollution, la réduction de la biodiversité, les catastrophes naturelles, la surexploitation des ressources… À notre échelle, certaines actions peuvent être entreprises afin de limiter notre influence sur la planète. Cependant, en tant qu’étudiants, il n’est parfois pas facile de mettre en place ces initiatives qui peuvent se révéler coûteuses.

Istockphoto 1127643319 612x612

 

Certaines sont pourtant accessibles et permettent à moindre coût et de manière plus simple de modifier notre quotidien en optant pour des gestes utiles. Vous en trouverez ici quelques-unes et peut être que, sans vous en rendre compte, vous adoptez déjà des initiatives écolos.

Un premier geste essentiel : le TRI

Le premier geste que l’on oublie parfois mais qui est pourtant important : le TRI ! En effet, trier nos déchets est une action que l’on nous répète assez souvent depuis tout petit. Malheureusement, un grand nombre d’entre nous ne met pas ça en pratique. Et pourtant, le tri sélectif permet de limiter l’utilisation des ressources naturelles, en employant à nouveau les déchets à travers le recyclage. L’Ademe démontre d’ailleurs dans une étude que le recyclage permet d’éviter l’émission de 20 millions de tonnes de CO2 et l’utilisation de 17 millions de tonnes de matières premières. Faire le tri sélectif nécessite uniquement des sacs et bacs différents dans sa cuisine : facile !

STOP au plastique et aux déchets !

En parlant du tri, réduire sa consommation de plastique est une autre solution qui peut être facilement mise en place par les étudiants, sur plusieurs points. Dans votre salle de bain, certains accessoires peuvent être remplacés. C’est le cas des cotons-tiges, en plastique, qui peuvent être remplacés par un coton-tige en bambou, réutilisable et lavable. Ces bâtonnets peuvent être trouvés sur des sites internet à moindre coût. D’ailleurs, les cotons démaquillants peuvent être aussi supprimés en faisant place à des cotons réutilisables. On en trouve sur tous les sites de cosmétiques bio ainsi qu’en magasin bio. Pour rappel, pour produire un kilogramme de coton, ce qui revient en moyenne à la consommation annuelle d’un individu, il faut 5263 litres d’eau !

Le plastique peut être réduit également dans la cuisine, de manière assez simple : avec le VRAC. C’est une manière de faire ses courses qui nécessite de se procurer des sacs ou pochettes en tissus, ou bien d’utiliser des sacs en cartons réutilisables. Ainsi, l’absence d’emballages permet d’éviter le trop-plein de déchets et de plastique. Les emballages constituent des déchets plastiques fortement présents dans notre quotidien mais aussi dans la nature. C’est notamment le cas dans les océans, où 15 590 emballages alimentaires ont été retrouvés lors des collectes de l’association Surfrider en 2017.  

Fabriquer son propre film étirable 

On utilise tous du film étirable ou de l’aluminium pour la conservation de nos aliments. Cependant, cela entraîne une consommation de plastique ou d’aluminium élevée qui peut être évitée d’une manière simple. En effet, une recette rapide permet de remplacer ces deux accessoires par un outil de conservation tout aussi efficace. Il vous suffit d’avoir une chute de tissu, de la cire d’abeille et un four. Après avoir saupoudré le tissu de cire d’abeille, le mettre au four pendant 5 minutes à 80° et l’avoir laissé refroidir quelques minutes afin de faire durcir la cire, voici un film étirable écolo, fait maison et réutilisable.

Réduire sa consommation de viande

En parlant d’alimentation et de cuisine, la consommation de viande des individus est un élément à prendre en compte dans les actions écolos. Une étude parue le 10 octobre 2018 dans le magazine Nature met en lumière le fait que la consommation de produits d’origine animale à des conséquences en termes d’émission de gaz à effet de serre. Par exemple, 1 kilogramme de bœuf revient à 32,5 kilogrammes de CO2. De plus, la consommation de viande engendre l’utilisation massive de terres et d’eau ; ainsi, 1 kilogramme de bœuf entraîne l’utilisation de 15 000 litres d’eau.

Les produits ménagers et cosmétiques

D’autres accessoires et produits peuvent être remplacés dans une optique plus respectueuse de l’environnement. C’est le cas des produits ménagers qui font parfois l’objet d’une composition douteuse. En effet, quelques produits peu onéreux suffisent pour nettoyer son chez-soi. Plus besoin de dépenser son argent dans plusieurs produits ménagers, il suffit d’en acquérir certains qui, en plus, durent dans le temps. Parmi ces produits, on trouve les essentiels : le vinaigre blanc, le bicarbonate de soude et le savon noir.

Également, les shampoings et après shampoing, très souvent emballés dans des contenants en plastique et parfois bourrés de produits chimiques, connaissent leurs homologues écologiques. Sur de nombreux sites internet ou en magasin bio, on trouve des shampoings, après shampoings et savons solides, composés d’ingrédients naturels et très bons pour les cheveux, le corps ou le visage.

Une dernière initiative simple : le transport 

Un geste écologique qui semble logique mais qui n’est pas assez mis à contribution, il s’agit du mode de transport qu’on emploie. En effet, prendre le bus, le vélo ou tout simplement utiliser ses jambes représente un moyen de se déplacer respectueux de l’environnement. Cela contribue notamment à la réduction de la production de gaz à effet de serre. Rappelons-le, le Giec préconise de limiter à 1,5 degré la hausse des températures et de réduire de 45% les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2010 dans le monde.

Vous êtes donc maintenant équipé pour, à votre niveau et à votre rythme, contribuez à la sauvegarde de la planète et au respect de l’environnement ! 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 19/09/2019