Sécurité et conduite: les jeunes sont-ils bien calés ?

Théo Alleaume, 02/05/2019


Mardi matin, 9h, Pont-l'évêque. Nous sommes assis dans une salle de réunion, en compagnie d’autres jeunes adultes. Si nous sommes dans cette situation, c’est parce que nous allons effectuer un stage de sensibilisation à la sécurité routière. Bien qu’ayant plus d’un an de permis et 3 ans de conduite à mon actif, un petit rappel ne fait pas de mal.

Securoutiere

Campagne française de sensibilisation à la sécurité routière

Nous sommes accueillis par l’équipe EIA, et plus particulièrement Thierry, employé au circuit depuis plusieurs années. Ce dernier nous présente le déroulé de la journée qui nous attend; tout d’abord, une partie théorique durant laquelle la conduite en situation d’urgence est abordée; puis différents exercices pratiques abordant le freinage d’urgence sur terrain glissant ou encore la sensibilisation aux différentes aides à la conduite nous attendent. Enfin, un retour en salle de réunion et un débriefing concluront cette journée.

Comme annoncé précédemment, Thierry est là pour nous rappeler les règles de base de la sécurité routière, c’est-à-dire avoir une bonne position de conduite, oublier les mains en position 10h10 et les mettre en position 9h15 (bien que l’on vous ait appris 10H10 à l’auto-école), réguler sa vitesse, surtout les jeunes permis. Ces rappels étant faits, la partie pratique peut commencer.

Pour ce faire, nous nous rendons sur les pistes et commençons les exercices de glisse. Le but de cet exercice est de nous familiariser avec les différentes aides à la conduite telles que l’ESP (qui permet de maintenir la voiture stable en toutes circonstances) ou encore l’ABS (qui empêche les roues de se bloquer). La conduite sous l’effet de l’alcool a également été testé via des lunettes qui stimule ces effets. Seul petit bémol, c’est le temps d’attente entre chaque ateliers qui est un peu long, surtout quand il y a quinze personnes à passer.

L’après-midi est entièrement dédiée au freinage d’urgence sur sol mouillé ou sec. Le but étant de faire confiance à la voiture mais également de briser le mythe qui dit que freiner fort peut faire bouger la voiture et aggraver les choses. Pour ce faire, nous nous lançons sur la piste à 60, 70 et 80 km/h afin de tester le freinage; pour vraiment nous obliger à écraser cette pédale de frein, Thierry se plaçait sur la piste, devant nous.

Securoutieretheo

Exercice de freinage en situation d’urgence 

Ceci étant fait, retour en salle, afin de débriefer la journée avec Serge, ancien gendarme et bénévole venu pour recueillir nos ressentis sur ce stage. Le ressenti global était le suivant: tout le monde avait apprécié cette journée et en ressortait mieux informé, mais également plus confiant au volant.

Ce stage, mis en place en 2006 par la gendarmerie du Calvados dans le cadre de l’opération 1000 jeunes conducteurs a déjà réuni plus de 6500 stagiaires, vous permet également de conduire des véhicules un peu plus sportif que d’habitude à savoir des BMW série 1 ainsi qu’une Mini Clubman. De plus BMW France est partenaire du Circuit Automobile de Pont l’Evêque depuis 25 ans, chose unique en France. Cerise sur le gâteau, les différents partenaires de cette journée (15 en 2015) permettent d’alléger le coût à 45€.

Le stage n’est pas la seule chose qui est disponible sur le circuit; vous pouvez également faire du karting, des balades en quads ou en ranger Polaris, mais également des baptêmes de vitesse ou des tours de circuits sur différents véhicules.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 02/05/2019