Zagreb, une destination idéale !

L'équipe LVDR, 14/11/2019


Erasmus est un passage obligatoire pour certains, mais peut-être aussi un moyen d’élargir ses horizons en allant étudier dans un autre pays. Nous avons recueilli les propos de deux de nos membres qui sont actuellement à Zagreb, en Croatie : Arnaud Dumontier et William Lacaille.

Zagreb

La statue de Ban Jelacic, place centrale de la ville de Zagreb

Quelles ont été vos motivations pour cette destination ?

Arnaud Dumontier (AD) : «Je souhaitais partir à l’étranger pour de multiples raisons, notamment pour travailler mon anglais ainsi que pour découvrir une autre partie du monde tout en étudiant. Mon choix s’est vite porté sur la Croatie et plus spécialement Zagreb car elle était l’une des villes proposant un cursus en Sciences Politiques, domaine m’intéressant le plus. Je souhaitais découvrir un nouveau pays, pas trop proche mais pas trop loin non plus, assez différent de la France, le choix était donc fait ! »

William Lacaille (WL) : «Quitte à partir en Erasmus, je voulais m’éloigner de la France pour découvrir une nouvelle culture et pouvoir m’immerger un peu plus dans celle-ci. L’Angleterre, l’Espagne ou la Belgique ne m'intéressaient pas, car trop proches. De plus, Zagreb était l’une des seules villes qui offraient un cursus Journalisme/Sciences Politiques. C’était donc une évidence pour moi : il fallait que j’aille en Croatie ! J’avais par ailleurs entendu que les Croates parlaient plutôt bien anglais, avec leur entrée dans l’Europe et leur ouverture au tourisme.»

Comment avez-vous trouvé votre logement ? Comment vivez-vous ? (résidence étudiante, colocation, combien de personnes par chambre etc…)

AD & WL : «En cherchant tout simplement sur internet, nous sommes rapidement tombés sur un site, Erasmusu, qui proposait quantité de chambres en centre-ville. Nous avons donc loué les deux chambres du même appartement afin de l’avoir en entier et de faire une colocation. Nous payons donc 400 euros par personne et par mois, ce qui est assez élevé à Zagreb, comparé à d’autres chambres ou résidences étudiantes par exemple. Nous avons la chance d’être situés en plein centre-ville, à deux pas d’une multitude de commerces, à quelques minutes de la place principale ainsi que de notre faculté. Nous effectuons la quasi-totalité de nos déplacements à pieds, même si la ville est bien desservie par les tramways.»

Par quels moyens vous-êtes vous rendus dans votre ville d’accueil ?(type de transport, temps de trajet etc... ) Et à quel prix ?

AD & WL : «Nous sommes partis en avion, de Paris à Zagreb (3h de trajet), avec une escale à Prague (5h). Le prix incluant les bagages était de 170 euros, donc ce n’était pas cher non plus. Il faut juste y rajouter le transport entre chez soi et l’aéroport de Paris, puis le taxi entre l’aéroport de Zagreb et l’appartement, plus les repas durant tout le trajet ! Nous souhaitons, par contre, retourner en France en bus avec la compagnie Flixbus qui fait des trajets entre les grandes villes d’Europe. Le point positif est le prix (entre 50 et 100 euros approximativement) mais le point négatif est la durée (+23h).»

Comment avez-vous ressenti l'accueil fait par les étrangers et les autres étudiants ? Il y a-t-il des barrières ? (langues, culture, traditions, politique etc…)

AD : «Assez mitigé. Les personnes sont assez sympathiques et ouvertes d’esprit dans l’ensemble. Étant métis, il m’a été un peu plus difficile de m’intégrer. Certains sont curieux et me pose des questions, d’autres me regardent du coin de l’oeil. Il n’est pas pour autant impossible de faire face au racisme ordinaire (mauvaises réactions de commerçants à votre égard, contrôles d’identité), compte tenu de l’absence de diversité dans ce pays. Hormis cela, la population parle assez bien anglais dans l’ensemble même s’il est toujours utile d’apprendre les mots de base en croate et de les utiliser dans la vie de tous les jours. La culture et les moeurs ne sont pas si différents des nôtres, mais il est toujours intéressant de se pencher sur les traditions croates. Lambiance avec les autres étudiants Erasmus est très bonne, les relations s’établissent  plus facilement et rapidement. »

WL : «L’accueil dès mon arrivée était très chaleureux. Le conducteur de notre Uber parlait très bien Anglais et était très ouvert à la discussion. Après quelques jours dans la ville, il m’a été possible de rencontrer différents croates. En fonction des générations, l’anglais est plus ou moins bien manié. J’ai toujours réussi à me faire comprendre, je ne suis pas italien, mais parler avec les mains ça me connaît. Je n’ai pas peur d’aller au contact avec certains commerçant, ce qui apporte parfois de belles rencontres. La culture reste dans l’ensemble similaire, mais est sur certains points différente. Les conducteurs vous laissent passer très volontier quand vous voulez traverser la rue. Mais attention ! Ne JAMAIS passer au feu rouge, ce qui vous vaudra un regard noir et peut-être même une insulte de la part de certains conducteurs. Les gens sont très respectueux des cyclistes et n’empruntent (presque) jamais les pistes cyclables.» 

La vie est-elle plus chère ou moins chère qu’en France ? As-tu des exemples ?

AD & WL : «La vie est définitivement moins chère ici ! Même s’il est dur de le constater au premier abord car il y a une  monnaie différente ici (1 euro= 7,4 kuna croate), les prix sont globalement plus bas. Par exemple, pour un bon plat en restaurant, on excède rarement les 13 euros (contre une vingtaine d’euros en France), ou encore 2,5 euros en moyenne pour une pinte de bière (contre 6 euros en France). Pour ce qu’il en est des courses, il faudra compter en moyenne 25-30 euros par semaine et pour deux, contre 50-60 euros en France. Il vous sera également possible de tester les consignes (c’est à dire ramener dans un magasin bouteilles de verre et plastique dans le but de les recycler), une bouteille vous sera reprise 50 lipa (un demi kuna) l’unité, de quoi arrondir vos fins de mois, si jamais ! »

Zagreb2

La Cathédrale Saint Marc de Zagreb, un symbole magnifique et coloré

Quelle est l’ambiance générale de la ville ? Quelles sont les sorties culturelles à faire ? Où est-il possible de manger/boire ?

AD & WL : «Zagreb est une ville très contrastée. Ville à moitié marquée par la guerre contre la Serbie et à moitiée conservée avec son patrimoine et son architecture. Mais ce mélange possède un charme très intéressant à exploiter. Les photographes trouveront à coup sûr leur bonheur. Beaucoup de panoramas, mais une des vues les plus belles est celle du Zagreb 360°, une tour où il est possible de prendre un verre tout en admirant le centre-ville et quelques bâtiments brisant la ligne d’horizon. Autre lieu qui doit être absolument vu, c’est la Cathédrale Saint Marc (St Mark’s Church), avec un toit très graphique et coloré. Beaucoup de musées également et très différents les uns des autres. On peut passer du musée de l’illusion au musée des relations brisées en passant par celui de la torture. Il y a également un très grand cimetière où vous pourrez y trouver le nom de quelques sportifs ou personnages politiques plus ou moins connus. 

Ce qui fait la renommée de Zagreb, c’est son marché de Noël, il ne faut pas avoir peur de boire un petit vin chaud et de goûter aux spécialités locales. Mais l’un des plus gros avantages de la Croatie c’est sa situation géographique. Il est possible d’aller en Serbie, Hongrie, Autriche, Slovénie et beaucoup d’autres pays pour un coût assez faible. 

Pour un encas rapide, vous pourrez toujours vous diriger vers une des nombreuses boulangeries que comptent la ville (et oui ça n’existe pas qu’en France !), opter pour une Burek (feuilleté au fromage ou à la viande) ou alors une part de pizza. Pour une poignée d’euros, vous pouvez facilement repartir avec une dizaine de produits différents ! 

Si vous avez un peu plus de temps, n’hésitez pas à tester le ćevapčići, le fast food des Balkans ! 

Enfin, ce que vous attendez certainement, les lieux où l’on peut se détendre. Le centre-ville est très fourni en bars et restaurants en tout genre, mais surtout dans une rue en particulier : Rue Ivana Tkalčića ! Vous trouverez obligatoirement le type de restaurant ou de bar que vous cherchez. De plus, sont organisées très régulièrement des soirées au Rakhia Bar (nommé en l’honneur d’une célèbre eau-de-vie des Balkans) où tous les Erasmus se rencontrent, rien de mieux pour apprendre à se connaître. Pour manger vous aurez le choix, Zagreb regorge de restaurants : burgers, cuisine italienne, cuisine orientale. Seul bémol, difficile de trouver des restaurants spécialisés dans la cuisine asiatique… »

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 14/11/2019