États-Unis : récit d'une entrée à l'université

Emma Gaheneau, 21/05/2020


Alors que les premiers résultats Parcoursup tombent en France, pourquoi ne pas aller voir comment se passent les admissions dans les universités outre-atlantique, où le système est bien différent ! À quoi ressemble cette période décisive pour les étudiants américains ? 

 

98310557 253103425760929 7327373545967714304 n

Drapeaux des universités de l'Ivy League

Une sélection basée sur le savoir-faire

Comme en France, la réussite scolaire est évidemment déterminante pour sélectionner les étudiants. La sélection repose d’abord sur l’ensemble des notes obtenues tout au long du lycée qui, chez eux, dure 4 ans. Le Grade Point Average ou GPA, est le système d’appréciation par lettre bien connu. Les universités étudient donc le “overall GPA” qui est la moyenne de toutes ces appréciations, allant de A pour excellent à F pour pas du tout satisfaisant. C’est donc l’équivalent du contrôle continu. Les recruteurs portent également leur attention sur le “Class Rank”, soit la position que l’élève occupe au sein de sa classe. Un élève est donc considéré comme intéressant par les universités les plus réputées quand il se trouve dans le top 10 de sa classe. Ce classement permet aussi de déterminer ceux qui débuteront et cloront la cérémonie de fin d’année. 

Le baccalauréat a également son équivalent : le SAT Reasoning Test, qui est un examen standardisé, national. C’est un QCM, durant 3 heures et composé de deux épreuves : une compréhension écrite et des mathématiques, dont le score maximal est de 1600. Des épreuves complémentaires sont disponibles comme une rédaction, une épreuve de langues ou une quelconque spécialité. 

99122700 3209165912427517 5615961148756066304 n

Vidéo "College decision reactions" d'Hannah Bottarel https://www.youtube.com/watch?v=urAMUCbmP-w

Sauf dans le cas des candidatures anticipées, les affectations universitaires sont annoncées tout au long du mois de mars. L’apogée de cette période est l’Ivy day, qui tombait, cette année, le 26 mars. Jour très spécial pour l’élite des lycéens américains, puisque les 8 meilleures universités privées du Nord des USA, qui composent la Ivy League (Brown, Columbia, Cornell, Dartmouth, Harvard, Penn, Princeton, et Yale), publient leurs résultats en ligne. C’est donc depuis la fin du mois de mars que la youtube-sphère américaine a été inondée de vidéos “College Decisions Reactions”. Tout au long de la vidéo, nous suivons un ou une lycéen(ne) réagir à son acceptation ou son refus, dans son université de prédilection. Nous assistons souvent à des candidatures dans les universités réputées de la Ivy ou encore dans le top 20 des universités américaines comme Stanford, UCLA ou encore Berkeley. Entre joie et peine, nous sommes témoin de ce moment charnière de la vie des jeunes américains, qui voient leur avenir se jouer sur leurs écrans d’ordinateur. Ces vidéos sont souvent une concrétisation de plusieurs années de travail, qu’ils partagent avec leur famille et leurs amis. C’est également un bon moyen d’en connaître d’avantage sur le monde de l’enseignement supérieur aux États-Unis, et la nécessité pour les étudiants de recevoir des bourses, tant les cursus universitaires sont chers. 

Une sélection basée sur le savoir-être

Bien qu’il y ait une grande similitude avec le système de sélection français, il semble que les activités extrascolaires, ainsi que l'engagement du lycéen, comptent tout autant que ses bonnes notes. Tout d'abord, la création ou la participation aux clubs du lycée peut jouer sur l'acceptation à l'université. Le bénévolat est lui aussi considéré comme un plus non négligeable à apporter à un dossier. Les recruteurs universitaires accordent donc beaucoup d'importance au parcours du futur étudiant, c'est un gage de savoir être et de vie en société. Pour eux, il est nécessaire de trouver des étudiants qui apporteront un talent, une spécificité au campus et surtout ils doivent correspondre aux valeurs de l'université en question. 

Au-delà de leurs capacités académiques, les étudiants doivent montrer leur personnalité, ce qui leur tient à cœur et pour cela les universités demandent la rédaction d'un essay. Loin de la lettre de motivation que nous connaissons en France, le but de l'essay est de répondre à une question, le plus personnellement possible, oscillant entre modestie et mise en avant des ses accomplissements. La plupart des universités demandent donc un essay via la Common application. 8 sujets sont disponibles comme "The lessons we take from obstacles we encounter can be fundamental to later success. Recount a time when you faced a challenge, setback, or failure. How did it affect you, and what did you learn from the experience?" ou encore "Discuss an accomplishment, event, or realization that sparked a period of personal growth and a new understanding of yourself or others.". Une fois rédigés ils sont envoyés à toutes les universités auxquelles l'étudiant à postuler. Cependant, la plupart des universités demandent des essay complémentaires pour cerner, au mieux, la personnalité du candidat. L'Université de Stanford, par exemple, est connue pour demander beaucoup d'essay et notamment le typique "écrire une note à son camarade de chambre". Le but est de se présenter de manière originale, avec une pointe d'humour ou de sarcasme, et si l'étudiant est accepté cette note est véritablement transmise à son colocataire ! 

98475788 809216766270905 7368875484236480512 n

Vidéo "the essay that got me into Princeton" d'Elena Handtrack https://www.youtube.com/watch?v=nvjL11Z2HD4

Là encore, de nombreuses vidéos youtubes ont été mises en ligne ces derniers mois. Intitulées "the essay that got me into …" souvent suivi par le nom d'une université mondialement connue comme Harvard, ces vidéos sont en fait une lecture d'essay ainsi que l'explication du processus créatif et rédactionnel. Les lycéens devenus étudiants partagent donc leurs tips et ces vidéos nous permettent de mieux appréhender le système américain et cette épreuve inconnue en France, pour le moins originale. Cela nous permet aussi de voir une évolution. En effet, les jeunes américains ayant fait la première vidéo, réalisent très souvent la deuxième. Nous pouvons ainsi voir où ils ont décidé de poursuivre leur cursus.

Via ce média qu'est Youtube, nous pouvons plonger dans le quotidien de lycéens en passe de choisir leur avenir. Ces journaux de bord, nous permettent de capturer avec véracité l'enjeu des acceptations aux grandes universités et surtout à quel prix  ? Une réalité souvent bien loin des films hollywoodiens. 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 21/05/2020