Le bonheur, c'est simple comme un coup de fil ?

Emma Gaheneau, 23/01/2020


Le vendredi 10 janvier, le gouvernement et Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur, annonçait la mise en place d’un numéro de téléphone destiné aux étudiants en situation précaire. Un numéro qui a beaucoup fait parler de lui, notamment sur Twitter.

1284848 numero aides urgence 1226949

Campagne officielle du Ministère de l'Enseignement Supérieur et du Crous 

Dans quel but ? 

Ce numéro, 0 806 000 278, avait était promis en novembre 2019 par la Ministre à la suite de l’immolation d’Anas, étudiant de 22 ans, devant le Crous de Lyon, pour interpeller le gouvernement sur la précarité étudiante. 

Rappelons que près de 20% des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté en France. De plus, d’après l’Observatoire de la Vie Étudiante dans un rapport de 2016, 5,4% d’entre eux vivent avec moins de 417 euros par mois, ce qui est considéré comme de la grande précarité. Chiffre qui n’étonne pas Frédérique Vidal, bien qu’elle le déplore : “Il y a chaque année environ 70 millions d'euros dédiés aux étudiants en situation d'urgence et ces aides ne sont pas consommées”.

Ce numéro a donc pour but premier d’informer les étudiants sur les aides qui pourraient leur être versées. Deux types d’aides d’urgence sont en effet disponibles : une ponctuelle et une de plus “longue durée”. Un certain nombre de critères doivent être remplis comme, par exemple, être en situation de rupture familiale. Ce numéro se veut être donc le premier lien entre les étudiants et l’administration, qui peut être décourageante. Dans un second temps, les étudiants appelants pourront prendre rendez-vous avec une assistante sociale. L’interlocuteur ne peut toutefois pas se prononcer sur l’accès ou non aux droits, ni ouvrir un dossier. 

Un numéro qui fait polémique

À peine mis en place, le numéro provoquait l’étonnement sur les réseaux sociaux. Ouvert du lundi au vendredi, de 9h à 17h (horaires où la plupart des étudiants ont cours), ce numéro n’est pas un numéro vert, il n’est donc pas gratuit ! Dommage pour un numéro destiné aux étudiants en situation de précarité. Ce numéro dit “gris” n’est pas surtaxé, et ne sera pas payant si votre forfait est illimité. Toutefois les forfaits illimités ont un coût, pas toujours abordable pour les étudiants dont la situation financière est inconstante d’un mois à l’autre. À noter, que le gouvernement actuel a déjà mis en place des numéros verts, complètement gratuit, comme lors de l’incendie de Lubrizol, ce n’est donc pas infaisable. Mais, d’après la Ministre, ce numéro sera évolutif notamment sur sa gratuité et sur les horaires d’ouverture. Il semble dommageable, pour les différents syndicats étudiants, que ce numéro ne réponde pas  à ces conditions, bien que sa mise en place ait pris plus de deux mois. Bref, c’est un faux pas de la part du gouvernement pour les associations, qui n’est, en plus, pas accompagné d’une revalorisation des bourses, car l’augmentation de 46 millions d’euros à la rentrée. 

Numprecaetu

La réaction des étudiants sur twitter

Malgré le gel des loyers des résidences Crous, ainsi que l’application de la trêve hivernale aux logements étudiants (ce qui n’était pas le cas jusqu’à maintenant), ce numéro ne semble pas être une réponse satisfaisante face à la problématique de la précarité qui touche de plus en plus d’étudiants chaque année.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 23/01/2020