Ô ville aux cent clochers, tu es ma fierté

Louis Lesueur, 28/06/2019


« Le jour s’est levé /Et je t’ai aimée / O ville aux cent clochers / Tu es ma fierté … » Ces quelques mots, les Rouen Fans les chantent chaque week-end en l’honneur de notre ville.

31671312176 a319463e69 b

La Cathédrale de Rouen et ses rues adjacentes

En cette fin d’année scolaire, avant que les plages et les barbecues ne viennent s’inviter dans nos journées, le moment des décisions intervient pour de nombreuses personnes, surtout les jeunes adultes, nous. Entre université ou grandes écoles, un choix doit être fait, et parfois, celui de quitter sa ville. Un au revoir n’est pas un adieu mais il est parfois tout aussi compliqué d’abandonner des rues où l’on a appris à marcher, des lieux tant visités et des monuments chéris et adorés.

La ville de Rouen, souvent décrié pour son mauvais temps – à juste titre – l’est parfois aussi pour d’autres raisons, elles, bien plus à négliger. Notre ville n’est évidemment pas la plus grande, que ce soit en superficie ou en population, ni la plus connue mais elle est de loin celle où il est le meilleur vivre. Et si notre journal a été créé, il y a sept mois maintenant, c’était aussi pour faire valoir cette grandeur, cette attractivité. De l’Armada en passant par ses nombreux musées, du Football Club de Rouen et son stade Diochon à la Rue Eau de Robec, des bars à l’université, Rouen est inspirante et aspire à inspirer.

Aujourd’hui diversifiées, les villes aux cent clochers, qu’elles soient en Amérique (Montréal), en Europe (Bratislava, Liège, Prague), en France (Arras, Dijon, Poitiers, Reims, Troyes) ou bien à deux pas, à l’Est toujours en Normandie (Caen), ne sont que des pâles copies de la ville charmante décrite par Victor Hugo à ses amis. « Amis ! c’est donc Rouen, la ville aux vieilles rues, / Aux vieilles tours, débris des races disparues / La ville aux cent clochers carillonnant dans l’air, / Le Rouen des châteaux, des hôtels, des bastilles / Dont le front hérissé de flèches et d’aiguilles / Déchire incessamment les brumes de la mer ». (A mes amis L. B et S. - B. , Les Feuilles d’automne).

Phare de la Normandie et admirée dans le monde pour son histoire et son patrimoine, Rouen est inoubliable et ne doit pas être oubliée. Notre journal a essayé, comme il le peut, de véhiculer une bonne image de notre ville et cet ultime article écrit avant de flâner pour l’été  – qui n’a en rien comme objectif de critiquer ou juger un choix de la quitter – d’une nouvelle fois l’affirmer : « Le jour s’est levé /Et je t’ai aimée / Ô ville aux cent clochers / Tu es ma fierté ! »

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 28/06/2019