The Gap Year : Guide d'une année pour se chercher

Alicia Trotin, 26/03/2020


L’année sabbatique, on en a tous rêvé durant nos études : envie d’une pause, désintérêt pour l’université, ou simple besoin de changer d’environnement. On vous explique dans ce guide toutes les possibilités pour bien réussir son année de coupure.

Gap year

 

2020 avance, votre licence aussi et certains étudiants n'ont toujours pas trouvé leur place au sein de l'université. Soit le parcours choisi ne convient pas, pour certains c'est le système universitaire  lui-même qui leur laisse trop de liberté et nuit à leur concentration, mais pour d'autres c'est une véritable traversée du désert. Et si la réorientation peut être LA solution, encore faut-il savoir vers où se rediriger.

Alors, de plus en plus, c'est l'année sabbatique qui séduit ces étudiants déboussolés. Dans tous de nombreux pays comme aux USA, où elle est nommée "The Gap Year", c'est presque un passage obligé.

Ça peut être une année pour réfléchir vers quelles spécialités se tourner, une année pour découvrir le monde professionnel, ou finalement une occasion de changer de quotidien et de foncer vers l'inconnu. Elle est finalement perçue comme l'année de la maturité, plutôt utile, non ?

Le but est d'avancer, de trouver sa voie, d'apprendre : et tout cela est possible même en sortant de son cursus scolaire. 

Trouver son profil, analyser sa situation

Pour comprendre l'enjeu de votre année de “Pause”, c'est à dire ce que vous voulez en obtenir, il est important de comprendre où vous en êtes à l’instant présent. C'est le moment d'être votre propre psychologue, il faut faire le point sur soi, savoir ce qui vous bloque.

Il peut y avoir plein de raisons :

- Un manque de confiance en soi : vous n'osez pas choisir un domaine que vous jugez inaccessible, ou trop compliqué pour vous. 

- Le principe des cours ne vous convient pas : rester assis dans un amphi pendant plus de deux heures.. très peu pour vous. 

-- Vous ne vous projetez dans aucun domaine : vous ne savez pas ce qui pourrait vous intéresser. 

- Au contraire, vous avez un projet professionnel mais vous n'êtes pas certain que cela puisse véritablement vous plaire sur le long terme.

Et la liste peut encore être longue, une fois que vous avez saisi ce qui vous manquez pour continuer, de multiples choix s'offre à vous.

À noter qu'il n'y a pas de moment dit idéal pour faire une année sabbatique, ça peut être en sortant du lycée après l'obtention de son bac pour à la fois se reposer de cette année angoissante et réfléchir tranquillement à la suite de ses études; mais également en pleine licence par sentiment de confusion, ou à la fin de sa L3 pour se pencher plus profondément sur un éventuel master.

L'Année de Césure : l'Université vous garde une place

En effet, l'année de césure est peu connue et pourtant c'est un bon compromis.  Elle permet de garder votre statut d'étudiant tout en faisant une pause. Le principe est simple : l'université vous donne un tuteur qui vous encadre pour votre année sabbatique, histoire que vous ne vous égariez pas, ainsi, vous pouvez faire des stages et reprendre votre cursus là où il en était, l'année d'après. L'un de vos professeur est alors chargé de vous aider à organiser et mener à bien cette année; vous devrez faire une demande auprès de la fac qui vous accordera, ou pas, votre année de césure. À la fin de celle-ci, vous aurez un rapport de stage à effectuer pour pouvoir reprendre votre parcours universitaire. 

Info pratique : certaines aides telles que les bourses ne sont pas toujours garanties durant cette année.

Voici quelques liens pour approfondir cette option : 

- http://formation-ve.univ-rouen.fr/l-annee-de-cesure--590838.kjsp

-https://www.guidisto-volontariat.fr/blog/preparation-au-depart/annee-de-cesure-humanitaire-le-guide-ultime/

L'humanitaire : se trouver grâce aux autres

C'est assez cliché, mais en aidant les autres, on s'aide aussi soi-même. Alors, comment s'engager dans une mission humanitaire ?

En se focalisant sur les autres, vous allez prendre du recul, vous allez voir de quoi vous êtes capables, faire de nouvelles expériences et ainsi faire de cette mission une véritable réussite. En se focalisant sur les autres, vous allez prendre du recul, vous allez voir de quoi vous êtes capables, faire de nouvelles expériences et ainsi faire de cette mission une véritable réussite. Certaines missions vont consister à faire de la construction : un excellent moyen d'effectuer des travaux manuels qui peut-être vous donneront envie de vous diriger dans le bâtiment, ou d'intégrer les Compagnons du Devoir. Vous pouvez également monter un projet, de nombreux organismes tel que La Croix rouge par exemple ou la région sont demandeurs de projets volontaires. Et enfin vous pouvez aussi vous engager pour une association qui défend des valeurs que vous partagez (sociales, environnementales,..).

Il existe plusieurs sites, organismes qui vous encadreront dans cette année à destination des autres :

- http://www.mission-humanitaire.fr

- https://www.solidaire-info.org

- https://volontariat.org/volontaire/quelques-exemples/

- https://www.civiweb.com/FR/le-volontariat-international/definition-du-vi.aspx

- https://www.croix-rouge.fr/Je-m-engage

-https://www.cidj.com/vie-quotidienne/citoyennete-volontariat/volontaire-dans-l-humanitaire-quand-partir 

Le Service Civique : du volontariat rémunéré 

Sous le titre de "Service Civique" vous pouvez effectuer toutes sortes de missions. En plus d'être un coup de pouce sur le CV, c'est une rémunération assurée de 580 euros chaque mois en échange d'un peu de votre temps pour une action volontaire dans une association, une collectivité, un établissement publique. Le plus intéressant, c'est l'étendu du choix qui vous est offert pour le peu de critères à remplir. 

Concrètement vous pouvez tout à fait vous retrouver à faire de l'humanitaire à l'étranger, comme travailler dans le club de foot du coin, ou même donner des cours  de soutien à des personnes en difficultés (comme à l'Afev de Mont Saint Aignan). N'hésitez pas à vous renseigner, si vous avez besoin d'idée l'Unicef prend des Services Civiques, tout comme certaines écoles primaires, ou encore si les médias vous intéressent certaines radio associatives sont preneuses. 

Le site https://www.service-civique.gouv.fr vous permet de candidater n'importe quand pour n'importe quelle mission. 

Une langue, une année : un apprentissage à prix d'or 

Comme évoqué précédemment, le voyage est une motivation fréquente chez les étudiants et de nombreuses organisations l'ont compris. Vous avez littéralement des catalogues de voyages universitaires : New York, Sydney, Toronto, Berlin, Barcelone, et tant d'autres villes de rêves qui vous ouvrent les portes de leurs universités pour plusieurs mois ou 1 an (et parfois plus).

Le plus souvent, le matin direction les cours, et l'après midi c'est à vous de voir ! En fonction de la formule choisie vous pouvez soit avoir des cours supplémentaires, soit faire une activité encadrée (surf, découverte de la ville,..) et parfois des actions solidaire comme la banque alimentaire vous sont également proposées. Vous pouvez saisir cette opportunité pour passer une certification de langage tel que le TOEIC (Test of English for International Communication) qui est un superbe atout pour votre dossier universitaire, et même pour votre CV. 

Évidemment cette année de rêve a un prix qui s'élève à plusieurs milliers d'euros. Si vous êtes du genre Globe-trotteur(se), certaines formules proposent de mixer les pays et ainsi d'apprendre à un niveau entre B1 et C2, plusieurs langues. 

À Rouen, vous avez l'agence EF 5, rue du change qui vous propose ce genre de combinaisons (https://www.ef.fr). Dans le même registre il y a le site https://www.wep.fr qui vous propose également de partir au paire, ou dans des entreprises pour faire du management. 

Travailler pour Trouver 

Pour finir, le plus simple et parfois le plus efficace, c’est de travailler un an dans une grande chaÎne (McDonald's, Starbucks, Carrefour, H&M). Cela permet de déboucher sur un CDI (ou un mi-temps si vous souhaitez reprendre études par la suite), et de mettre évidemment de l'argent de côté. Une opportunité, peut-être, pour enchainer sur des études en alternances, très valorisées par les entreprises.  Cela peut également être un facteur de prises de conscience, et vous motiver à reprendre de courtes études (BTS, DUT, CAP, Licence Pro, etc). 

Vous pouvez combiner travail et voyage, travailler au taire permet de concilier les deux, vous retrouver au sein d'une famille dans un nouveau pays pour découvrir la culture locale, la langue, et d'intégrer d'une manière assez douce le monde du travail.

Mettre un pied dans le monde professionnel est toujours un peu difficile au début, mais peu importe comment vous le vivrez, c'est une expérience qui fait mûrir. 

En un an tout peut changer, et c'est le but de ces 12 mois. Longtemps controversée et perçue comme une perte de temps, en 2020 The Gap Year c'est un  véritable bonus pour votre avenir professionnel. 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 26/03/2020