Instagram : du futile à l’utile ?

Emma Gaheneau, 16/05/2019


Avec un milliard d'utilisateurs actifs dans le monde, Instagram est le troisième réseau social le plus utilisé après Facebook et YouTube. On y voit des selfies de nos stars préférées et de magnifiques photos de vacances, mais pas que : un compte Instagram peut être éducatif comme le prouve le compte d'Erika, étudiante en deuxième année de science du langage à l'Université de Rouen.

Afc16ed6 e123 4949 88e3 c6fef487334c

Erika, étudiante et fondatrice du compte @lsfcombat

Un parcours marqué par la Langue des Signes

C'est enfant que la jeune étudiante a été confrontée pour la première fois à la LSF : “je devais avoir 7 ou 8 ans, quand j'ai vu pour la première fois deux personnes signer dans la rue. J'étais intriguée et j'ai voulu en savoir plus.” LSF est l’abréviation de Langue des Signes Française, qui est une langue à part entière. Utilisée pour communiquer avec les personnes malentendantes (mais pas que), elle associe généralement un signe à un mot mais peut s’appuyer sur d’autres pratiques, comme la lecture labiale. C'est à seulement 13 ans qu'Erika rejoint une association pour apprendre la langue des signes, ce qui lui a permis de participer à des spectacles de chants ou de poésies signés et de valider des niveaux reconnus par l'État.
Timide, et peu à l’aise à l’oral, la langue des signes a été pour Erika un mode de communication différent et sécurisant.
C'est donc tout naturellement, avec son bac en poche, qu'elle a entamé des études en sciences du langage spécialité LSF à la faculté de Rouen, renommée en France pour son niveau dans l'apprentissage de la langue des signes. Aujourd'hui, Erika signe couramment et son engagement est quotidien, tant par le biais de son compte Instagram que par les formations qu'elle donne aux assistantes maternelles dans des centres de formations.

Instagram, une plateforme évidente

Erika l'avoue elle-même : “Je n'ai pas le niveau d'interprète, mais je signe couramment et j'aime partager sur instagram. Je me suis lancée l'été dernier et je ne pensais pas que mon compte aurait du succès.” Et quel succès ! En 8 mois le compte @lsfcombat est suivi par plus de 19 000 personnes.
Dès son lancement, sa famille était présente pour l’aider : “mon père m’a tout de suite suivie dans le projet et il m’aidait pour prendre des photos; ma mère était plus dubitative au début, mais ils faisaient tout pour me faciliter la tâche”. Toute la famille s’est donc investie dans le projet, notamment lors des tournages vidéos, en respectant le plus grand silence.
La langue des signes étant visuelle, le réseau social spécialisé dans le partage de photos et de vidéos s'est imposé : “Facebook n'est pas très pratique et Twitter regorge d’haters et de trolls, j'aime l'ambiance plus tranquille d'Instagram.”
À raison de 2 à 3 vidéos par semaine, l'emploi du temps d'Erika est bien rempli. Le format des vidéos est court, pas plus de 5 minutes, et thématique : “les thèmes sont souvent proposés par mes abonnés et je ne connais pas toujours les signes associés, comme pour ma vidéo sur la religion par exemple. La recherche prend du temps mais c'est l'occasion pour moi d'apprendre également.” Entre la recherche, le tournage et le montage, une vidéo demande entre 45 et 60 minutes de travail pour l'étudiante qui jongle avec les cours. Les vidéos les plus longues à créer sont les chants signés, disponible sur sa chaîne Youtube. Erika y traduit des musiques connues comme la dernière en date : I'll never love again de Lady Gaga. Ce qui est le plus chronophage est de répondre à sa communauté : “avant, une heure par jour suffisait. Maintenant, il m'en faut trois ! Mais je réponds avec plaisir aux questions”.
La communauté d’Erika ne cesse de grandir ce qui lui permet de voir plus loin et de créer de nouveaux projets.

Extrait d'une vidéo disponible sur le compte Instagram @lsfcombat

Un futur pour @lsfcombat

L’étudiante souhaite organiser de plus en plus de rencontres avec ses abonnés afin de les mettre en relation avec des personnes sourdes, signant couramment, grâce à des “cafés-signes” notamment. Son but est de multiplier les moments de partage car ces personnes sont trop souvent marginalisées par notre société.
Erika souhaite également créer sa propre association, nommée elle aussi Lsf Combat, en 2019. Elle aura pour but premier de proposer des initiations aux entreprises et aux services publics : aujourd’hui les pompiers, médecins, policiers et autres ne sont pas du tout formés aux rudiments de la langue des signes, ce qui augmente l’ostracisme des personnes sourdes et représentent un vrai danger tant physique que psychologique. Le poids de cet handicap invisible est trop souvent oublié.
L’initiative d’Erika s’inscrit dans un mouvement qui démocratise l’apprentissage de la langue des signes en utilisant une plateforme moderne et intuitive. Alors, si vous aussi, vous voulez faire partie de cet élan, apprendre des signes en moins de 10 minutes par jour, un seul compte : @lsfcombat sur Instagram

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 04/09/2019